Policy and Research Papers

À qui profite la gestion des migrations ?

Les migrations font partie de l’histoire de l’humanité mais les frontières n’ont jamais été aussi fermées qu’aujourd’hui. Les conventions issues des politiques migratoires actuelles ont divisé les migrants en différentes catégories (politiques, économiques, climatiques...) en fonction de la supposée légitimité ou non d’avoir accès au droit d’asile ou à séjourner sur un territoire étranger. 

Les flux migratoires liés aux situations économiques sont en grande partie le résultat des politiques d’austérité et d’endettement insoutenables imposés par les Institutions financières internationales et les pays industrialisés du Nord aux pays appauvris du Sud, et par les pays du centre – dont ceux de l’Europe – aux pays de la périphérie. Ces politiques ont eu comme effet d’amplifier le phénomène de la pauvreté, de généraliser la précarité et, par conséquent, des situations d’exils. Les situations qui encouragent l’exode de populations pauvres sont la conséquence d’enjeux géostratégiques liés aux ressources et donc aux richesses, ou sont provoqués par l’hémorragie de capitaux pour honorer le service d’une dette bien souvent entachée d’illégitimité.

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien

Paper

Road to a Better UN? Peace Operations and the Reform Agenda

UN peace operations are confronting crises from all sides: they face ever more complex operating environments in the field, while in New York they face divisions among member states over the very nature of peace operations, a “peacekeeping fatigue” aggravated by scandals, and cuts to the peacekeeping budget. 

This report asks whether the reform agenda put forward by Secretary-General Guterres would—or would not—help realize the four strategic shifts called for by the report of the High-Level Independent Panel on Peace Operations (HIPPO)—recognizing the primacy of politics, viewing peace operations as a continuum, strengthening partnerships, and focusing on the field and on people—and under what circumstances.

For full access to Road to a Better UN? Peace Operations and the Reform Agenda, please follow the link. 

Paper

Terrorisme, radicalisation, islam : Michel Wieviorka en conversation avec Marc Sageman

Michel Wieviorka et Marc Sageman, grands spécialistes du terrorisme, de la violence politique, de la radicalisation et de leurs impacts sur nos sociétés, échangent pour The Conversation France en amont d’une conférence à la Fondation Maison Sciences de l’Homme le 8 novembre, dans le cadre de la plateforme « Violence et sortie de la violence ».

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien.

Paper

Coopérer avec les armées africaines

De très nombreux acteurs sont aujourd’hui impliqués dans des programmes de coopération militaire visant à renforcer les armées africaines et à nouer des partenariats privilégiés. Ces programmes se traduisent par des actions de formations et le déploiement de conseillers militaires, ainsi que par l’apport d’une aide matérielle et financière aux différentes armées d’Afrique sub-saharienne. Cependant, la coopération militaire rencontre un certain nombre d’obstacles dus à la nature même des armées africaine et à leur faible professionnalisation. Malgré le sentiment de frustration qu’elle engendre parfois pour les conseillers, la coopération militaire en Afrique exerce une indéniable influence, bien visible sur le temps long, ce qui en fait un outil stratégique de premier ordre. D’importants défis demeurent toutefois à relever et le chemin est encore long. Pour ce faire, il faudra développer la coopération « par le bas », via le déploiement de conseillers au niveau opérationnel, ainsi que « par le haut » en vue d’une réforme du secteur de sécurité qui seule permettra d’apporter aux armées africaines les changements progressifs mais soutenus dont elles ont besoin.

Pour accéder à Coopérer avec les armées africaines, veuillez suivre le lien. 

Paper

Partnerships in conflict: How violent conflict impacts local civil society and how international partners respond

Violent conflict destroys, disrupts and reshapes relationships across society. Despite many years of working in partnership, international organisations often do not sufficiently understand how violent conflict affects local and national civil society organisations (CSOs) and how their own actions (e.g. decisions about which groups to partner with and the terms of partnership, which geographical areas to work in and what activities to focus on) affect the prospects for sustainable peace, security and development. This report aims to contribute to building more equal, effective and enabling partnerships in conflict settings.

For full access to Partnerships in conflict  How violent conflict impacts local civil society and how international partners respond, please follow the link. 

Paper