Étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les États francophones d’Afrique sub-saharienne

cartographique ombudsman

L’ étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les pays francophones d’Afrique sub-saharienne est un projet initié sous l’égide de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en collaboration avec le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées – Genève (DCAF) dans le cadre du programme de l’OIF « Apporter un appui au maintien et à la consolidation de la paix ».

Cette étude s’inscrit dans la continuité de recherches approfondies sous l'égide de l'OIF et du DCAF sur « Les institutions de médiation pour les forces armées dans les pays francophones d’Afrique subsaharienne : Burkina Faso, Burundi et Sénégal ». Elle a pour objectifs de développer une analyse complète des activités et du rôle des institutions de médiation pour les forces armées, de permettre l’identification des facteurs qui facilitent ou, au contraire, entravent la mise en place et le fonctionnement de ces institutions, ainsi que d'initier un débat et encourager le recours aux institutions de médiation. 

L'étude porte sur un ensemble d'Etats d'Afrique subsaharienne: une partie sont dotés d'un ombudsman ayant vocation à traiter les cas concernant les forces armées (Burkina Faso, Camoroun, Niger, Sénégal et Togo), d'autres ont seulement une institution de médiation à vocation générale (Burundi, Côte d'Ivoire, Guinée, Madagascar et Mali) et enfin d'autres en sont dépourvus (Les Comores et la République Démocratique du Congo). La recherche souligne certaines caractéristiques communes aux institutions de médiation à compétence générale, et indique les défis auxquelles elles sont confrontées, notamment le manque de visibilité ou le niveau de ressources dont elles bénéficient.

Pour accéder à l'Étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les États francophones d’Afrique sub-saharienne, veuillez suivre le lien.