La justice, arme des populations autochtones au Guatemala?

Les « diamants du sang » et les mines de coltan qui financent les groupes armés en République Démocratique du Congo sont des exemples tristement célèbres de l’hégémonie et de l’impunité des multinationales extractives, s’enrichissant au prix de graves violations des droits de l’homme. Les populations locales ou autochtones restent trop souvent impuissantes face au pouvoir politique et financier de ces acteurs transnationaux qui profitent de systèmes juridiques faibles ou irresponsables. Toutefois, le nombre croissant de poursuites judiciaires menées par des communautés Mayas au Guatemala contre des entreprises canadiennes tend à démontrer l’existence des voies légales pour empêcher les violations de leurs droits fondamentaux et faire entendre leurs revendications. 

Publiée par le Centre International pour la Paux et les Droits de l'Homme (CIPAH), cette analyse est disponible ici.