Tunisie : dépasser les querelles pour restaurer la confiance

Le scrutin des élections municipales du 6 Mai 2018 a été largement favorable au parti An-Nahda (islamiste) au détriment de Nida Tounes (nationaliste). Par conséquent, le rapport de force au sein de la coalition gouvernementale composée de ces deux parties s'est inversé ce qui déclencha une crise politique au sein du parti Nida Tounes. La lutte de pouvoir interne autour du maintien ou non du chef du gouvernement Youssef Chahed paralyse l’action publique et le travail législatif, divise et discrédite la classe politique ce qui mine la confiance à l’égard des institutions.

Si les signataires du pacte de Carthage échouaient à trouver un compromis sur une sortie de crise, et si les tensions politiques et sociales s’intensifiaient au cours des prochains mois, la formation d’un gouvernement dit de « technocrates » pourrait constituer, en dernier recours, une solution provisoire de nature à renforcer la confiance à l’égard des institutions et à apaiser les querelles politiciennes et les rancœurs envers la classe politique. 

Afin d'accéder à l'analyse, Tunisie : dépasser les querelles pour restaurer la confiance, veuillez suivre le lien.

Licence

icon Attribution-NonCommercial-ShareAlike

Country