Sahel

Sahel

Case Studies

Mainstreaming Gender in the EU Regional Assessment covering the Sahel

ISSAT was mandated by the European Union’s Fiduciary Trust Fund for Africa to design an assessment framework adapted to understand the minimum operating capacities, structures, policies and processes of national security sectors. The countries concerned by this mandate were Niger, Chad and Burkina Faso. The mandate’s objective was to develop the assessment framework and use it in the four contexts, drawing conclusions and recommendations for capacity building support by the European Union and allowing for comparative analysis where possible.

Since the start of the mandate, ISSAT intended to ensure that the approach was in line with the European Commission’s strategic engagement for Gender Equality 2016-2019. This was clearly reflected in the mandate’s Terms of Reference and integrated into the mandate’s design and implementation phases.

The mandate looked at four main aspects of security and justice sector institutions: human resources management, means, equipment and structures and shared values. The ISSAT team looked at representation levels of women and men across all security and justice institutions including women’s participation in decision-making processes, where data was available. The report submitted to the Commission included explicit recommendations related to identifying local strategies that were likely to increase advancement and recruitment of women. The analysis paid particular attention to the role of the informal non-state sector which seemed to in most contexts include higher participation by women as actors and beneficiaries.

The diversity of the population’s needs was equally taken into account through community perception surveys. The questionnaires’ design allowed sex-disaggregated data and both women and men equally participated in this process. The analysis of the surveys’ results was informed by the gender of the respondent allowing for valuable insights to be generated related to the security sector’s legitimacy and credibility levels.  The final reports’ dissemination should help highlight the distinct impact of EUTF projects for men, women, boys and girls.

Proposed takeaways:

  1. It is critically important to look holistically at security and justice sectors to identify the actors (which could be informal, non-state, ad hoc or parallel structures) where women or certain socio-cultural groups tend be better represented, and their needs better addressed.
  2. Increasing representation of a certain gender or socio-cultural group in security and justice institutions can only be done through local strategies, with community based organisations acing as a bridge between the community’s needs and the institutions’ realities.
  3. Looking at recruitment strategies, won’t reflect the real systemic gaps that might be hindering women from accessing the formal institutional frameworks. The need to look at capital versus regional recruitment, entry exams, training, retention and family friendly policies, and common institutional values is of key importance.
  4. Including a gender dimension to perception surveys is not enough. The analysis of the results needs to be informed by that dimension and active attention should be given to result variation with respect to gender and/or socio-cultural identities inorder to inform conclusions and recommendations adequately.
case study

Videos

Relever les défis de la sécurité au Sahel

Le Sahel est une région diverse qui devient de plus en plus importante pour la sécurité régionale et mondiale. Par ailleurs, des dynamiques telles que la mauvaise gouvernance, un secteur agricole fragile, l'absence d'une transition démographique, et le manque d'emplois, en ont fait "une nouvelle frontière" pour les groupe djihadistes. En effet, ceux-ci essaient d'y manipuler et exploiter les tensions sous-jacentes de la région.

Serge Michaïlof résume les défis sécuritaires auxquels le Sahel fait face en particulier démographiques, d'extrémisme, de gouvernance et autres et explique ce qui devrait être fait pour y répondre de manière efficace.

video

La stratégie de l'Union européenne au Sahel et le nexus «sécurité-développement »

"La sécurité du Sahel est aussi la sécurité de l'Europe" selon l'ambassadeur Angel Losada Fernandez, Représentant spécial de l'UE pour le Sahel. Dans un entretien avec le Centre d’études stratégiques de l'Afrique, l'ambassadeur Losada évoque la stratégie de l'UE au Sahel, selon le nexus sécurité-développement. Les quatre piliers de cette stratégie incluent la jeunesse, la lutte contre la radicalisation, les migrations et la lutte contre les trafics illicites. L'ambassadeur Losada est à ce poste depuis 2015. Par le passé, il a occupé plusieurs fonctions en tant que diplomate, notamment Représentant permanent de l'Espagne auprès de la Commission de la CEDEAO de 2006 à 2011.

video

Akili Sigui: The Peaceful Way

Akili sigui presents a range of views on the challenges in central Mali ranging from the perspectives of local authorities, policy officials, civil society and the general population. The film sets out to explore the future that Malian’s envisage and how that future can be realized.

This film has been produced with the financial assistance of the European Union. The contents of this film are the sole responsibility of the Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), and can under no circumstances be regarded as reflecting the position of the European Union.

video

Podcasts

Governance and Security in the Sahel

This conference brought together experts of West Africa and the Sahel specifically to shed light on the implications of elections, radicalization, and rising threats from jihadi militants and other armed conflict actors.This tripartite political phenomenon has significant consequences for governance and security in the region and beyond.

The conference addressed the practice and significance of multiparty elections in contexts of competitive authoritarian regimes, post-intervention transitions, and governance reforms – particularly in Mali, Burkina Faso, and Senegal. It also assessed logics of radicalization, consequences for security strategies, and logics of military engagement both for state actors and international forces. Finally, it assessed the distinct threats arising from Jihadi groups in the region, state militarization, and migrant trajectories.

To listen to the podcast, Governance and Security in the Sahel, please follow the link.

Podcast

Policy and Research Papers

Les débuts fragiles de la force militaire conjointe du Sahel

« Haw-bi » (« vache noire »), la première opération militaire labellisée « G5 Sahel », s’achève samedi 11 novembre. Depuis le début du mois, la nouvelle force conjointe de la région s’est lancée dans un contrôle de zone, aux trois frontières du Mali, du Niger et du Burkina Faso, là où sévissent les djihadistes d’Ansaru. Les trois pays ont mobilisé ensemble 700 hommes dans ces confins où, pour mieux traquer les groupes armés, ils s’étaient déjà accordé un droit réciproque de poursuite sur 50 km à l’intérieur des frontières de chacun. Aujourd’hui, avec la Mauritanie et le Tchad, les deux autres partenaires du G5, ils veulent aller bien plus loin, sous le commandement du général malien Didier Dacko.

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien.

Paper

Après sa première opération, la force conjointe du G5 Sahel débriefe à N’Djamena

La force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) a conduit sa première opération sur le terrain pendant neuf jours entre octobre et novembre derniers, aux confins des frontières du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Si elle n’a pas donné lieu à des combats contre les différents groupes jihadistes ciblés par la FC-G5S, elle aura permis de marquer le début de son action, aussi bien auprès des populations de la région que des partenaires internationaux des États du Sahel.

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien. 

Paper

MONITORING DE LA STABILITÉ RÉGIONALE DANS LE BASSIN SAHÉLIEN ET EN AFRIQUE DE L’OUEST

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien. 

Paper

G5 Sahel: réunion ministérielle ce lundi à Paris

La construction de la force conjointe du G5 Sahel entame une nouvelle étape ce lundi 15 janvier, avec la réunion ministérielle de Paris. La ministre des Armées  Florence Parly reçoit cet après-midi à l'hôtel de Brienne ses homologues des pays du G5 accompagnés des chefs d'état-major des armées des cinq pays de la région. Du côté des contributeurs, huit pays seront représentés ainsi que trois institutions, l'ONU, l'UA, et l'Union européenne, alors que se déroulera la conférence de donateurs de Bruxelles le 23 février prochain.

Plus que jamais, l'objectif est de mettre en action cette force du G5 et de récolter des résultats concrets sur le terrain. Lors de son discours de Ouagadougou en novembre, le président français Emmanuel Macron avait lancé un appel aux pays de la région « pour que leur force commune remporte rapidement ses premières victoires ».

Pour accéder à l'article G5 Sahel: réunion ministérielle ce lundi à Paris, veuillez suivre le lien. 

Paper

Une dizaine de nuances de kaki : les opérations contre-insurrectionnelles au Sahel

En 2011, plusieurs États africains ont tenté de mettre en garde contre les risques probables d’une intervention militaire internationale visant à renverser le dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Aujourd’hui, six ans après sa mort, l’insécurité au Sahel est plus préoccupante que jamais.

À partir de 2012, les débordements de la crise libyenne ont entraîné une résurgence de la rébellion touarègue au Mali, qui, à son tour, a permis aux djihadistes de renforcer leur présence sur le territoire. Après avoir été brièvement stoppée par l’opération française Serval, l’insurrection djihadiste est revenue, plus forte que jamais, et elle s’est répandue aux États voisins.

L’État malien est aujourd’hui absent de la majeure partie du pays. À la mi-décembre, à peine un quart des agents de l’État étaient à leur poste dans les six régions du nord et du centre du pays.

Pour accéder à Une dizaine de nuances de kaki : les opérations contre-insurrectionnelles au Sahel, veuillez suivre le lien. 

Paper

Defusing Violent Extremism in Fragile States

In Nigeria, a radio call-in show with local Islamic scholars provided an alternative to extremist propaganda. In Somalia, training youth in nonviolent advocacy for better governance produced a sharp drop in support for political violence. In the Lake Chad region, coordinating U.S. defense, development and diplomatic efforts helped push back Boko Haram and strengthened surrounding states. Such cases illustrate ways to close off the openings for extremism in fragile states, experts said in a discussion at the U.S. Institute of Peace. 

For full access to the article, Defusing Violent Extremism in Fragile States, please follow the link.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest – janvier à mars 2018

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Afin d'accéder à l'analyse, Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest, veuillez suivre le lien.

Paper

Sahélisation de la violence extrémiste : Est-ce la naissance d’une troisième génération de terrorisme ?

Sommes-nous en train d’assister à l’émergence d’une troisième génération de jihadisme au Sahel ? Après le phénomène mondialisé des années 90 né sous l’impulsion des jihadistes afghans et porté par Oussama Ben Laden et Al Qaeda, un autre courant a vu le jour ces dernières années avec l’arrivée de Daech, caractérisé par une territorialisation de la lutte et le rêve d’un califat. Ces deux mouvements se sont livrés une rude bataille en terrain sahélien, fragmenté en plusieurs structures, composées et dirigées au départ par des Maghrébins et des moyen-orientaux. Mais aujourd’hui, la rupture doctrinaire avec el Qaeda –qui prône l’attaque contre les populations civiles- ainsi que le recul de Daech entraînent une recomposition totale du jihadisme au sahel, un jihadisme qui s’appuie sur des recrues locales et est commandé par des leaders locaux. Le terrorisme au sahel a un nouveau visage : quels en sont les contours ? Quelle en est la doctrine ? Quels en sont les visées et les facteurs moteurs et en quoi ce troisième modèle se démarque t-il de ceux qui l’ont précédé ?

Afin d'accéder à l'analyse, Sahélisation de la violence extrémiste : Est-ce la naissance d’une troisième génération de terrorisme ?, veuillez suivre le lien.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest – janvier à mars 2018

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Afin d'accéder à l'analyse, Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest – janvier à mars 2018, veuillez suivre le lien.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest – Avril à juin 2018

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Afin d'accéder à la ressource, Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest, veuillez suivre le lien.

Paper

Counterterrorism and Challenges to Peacekeeping Impartiality

A distinct characteristic of United Nations peacekeeping is its impartiality. It is also a reality that for UN peacekeeping to function properly, partnering with regional organizations and other groups is essential. Experiences in Mali and Somalia have, however, exposed the political and operational challenges that partnerships create in maintaining impartiality. The challenge at hand is the dynamic between peacekeeping and counterterrorism efforts, especially as partnerships have expanded—notably in Africa, where regional actors have deployed increasing numbers of counterterrorist forces in the Sahel, Somalia, and Lake Chad Basin.

In order to read, Counterterrorism and Challenges to Peacekeeping Impartiality, please follow the link.

Paper

If victims become perpetrators: Factors contributing to vulnerability and resilience to violent extremism in the central Sahel

Violent extremism is affecting the lives of millions in the Sahel, but the essentially military responses to date have failed to reduce violence and have instead undermined community resilience. This research adds to the analytical evidence explaining the rise in violent extremism in the Sahel and provides guidance for governments and international actors to step up responses for the peaceful resolution of this crisis.

For full access to the report, If victims become perpetrators: Factors contributing to vulnerability and resilience to violent extremism in the central Sahel, please follow the link. 

Paper

Halting ambition: EU migration and security policy in the Sahel

This policy brief assesses EU programmes in the Sahel and aspects of the G5 Sahel, focusing on CSDP missions and other security-related initiatives in Mali and Niger. It is particularly important to re-examine the merits and evolution of these programmes, and the EU’s pursuit of an integrated regional approach, in the current environment, given Malian President Ibrahim Boubacar Keita’s recent re-election – and the departure of two long-serving EU chiefs of mission in Niger and Mali, as well as several other senior EU officials.

For full access to the report, Halting ambition: EU migration and security policy in the Sahel, please follow the link.

Paper

La sécurité frontalière en Afrique de l’Ouest : migration, construction des États et nouvelles technologies

Cette analyse se penche sur les multiples pratiques de sécurité frontalière en Afrique de l’Ouest, regroupées autour de trois dimensions : la gestion des flux migratoires par une coopération policière de plus en plus étroite, le renforcement de capacités matérielles et infrastructurelles facilitant la construction de l’État, et une confiance accrue dans les technologies de l’information telles que l’identification biométrique.

Afin d'accéder à l'analyse, La sécurité frontalière en Afrique de l’Ouest : migration, construction des États et nouvelles technologies, veuillez suivre le lien.

Paper

Où va le Sahel ? Entretien avec Jean-Marc Châtaigner, ambassadeur spécial pour le Sahel.

L'ambassadeur spécial pour le Sahel, Jean-Marc Châtaigner, fait un bilan sur la situation au Sahel. Les réussites, les progressions, les difficultés mais aussi les échecs rencontrés dans le cadre de l'intégration de la stratégie "Diplomatie, Défense et Développement" sont évoqués.

Pour accéder à l'analyse, Où va le Sahel ? Entretien avec Jean-Marc Châtaigner, ambassadeur spécial pour le Sahel, veuillez suivre le lien.

Paper

Burkina Faso at Crossroads

Long spared by the Sahel’s jihadi groups, Burkina Faso is now confronted with increasingly frequent and lethal attacks in its northern and eastern provinces. Whereas the armed forces have launched some operations to contain the jihadi incursion, there has also been a spontaneous proliferation of vigilantes to counter bandits in the hinterlands. This policy brief aims to examine the latent informalization of the state security apparatus and its impact on the political trajectory of the country. By resorting to the ‘rule standardization1’ thesis, I argue that while the pluralization of security institutions may apparently provide the biggest opportunity for Burkina Faso to contain the jihadi incursion, any failure from the government to keep this patchwork of (new) security providers under tight control is likely to contribute to the country’s political fragmentation. This will constitute a blow to the resilience that the ‘land of honest men’ has shown until now and add Burkina Faso to the list of Africa’s fragile states.

To read the full paper Burkina Faso at Crossroads, please follow the link provided.

Paper

Aperçu des réponses sécuritaires régionales au Sahel

L’augmentation des attaques des groupes terroristes au Sahel, couplée aux défis transfrontaliers tels que le trafic de drogues, le trafic d’êtres humains, les migrations et les déplacements de population, ont provoqué un ensemble de réponses sécuritaires tant régionales qu’internationales.

Pour accéder à l'intégralité de la publication, Aperçu des réponses sécuritaires régionales au Sahel, veuillez suivre le lien.

Paper

Belgian Special Forces in the Sahel: A Minimal Footprint with Maximal Output?

In a shifting geopolitical context, the Belgian Defence has intensified its presence in the Sahel region and developed a new strategic military collaboration with Niger through Operation New Nero. This policy brief critically examines the strategy and identifies three challenges for the future of the operation: Niger’s democratic development, the asymmetry between the Western Partner Nation’s capabilities, and diverging agendas within the Belgian Defence. To counter these challenges, it is suggested that the minimalist approach and the social networks which enable horizontal collaboration among partners are maintained, while new civil-military opportunities are explored. On a broader level, it is recommended that Belgium aligns its political and military agendas to achieve longterm strategies geopolitical regions of importance.

Please follow the link provided to access the full paper, Belgian Special Forces in the Sahel: A Minimal Footprint with Maximal Output?

Paper

Si Les Victimes Deviennent Bourreaux : Facteurs contribuant à la vulnérabilité et à la résilience à l’extrémisme violent au Sahel central

Les groupes armés s’inspirant du djihadisme qui se sont installés dans les régions du Sahel central ont représenté un choc perturbateur des équilibres fragiles des communautés locales. Face à ce phénomène, ces dernières ont réagi de différentes façons, allant du rejet à l’attraction. Axée sur la jeunesse peule dans les régions de Mopti (Mali), du Sahel (Burkina Faso) et de Tillabéri (Niger), cette étude analyse les facteurs qui permettent d’expliquer la vulnérabilité ou alors la résilience des populations face à la montée de l’extrémisme violent.

L’adoption d’une approche comparative permet de vérifier la pertinence et la généralité des résultats de recherche sur toute l’étendue des régions étudiées, afin de fournir une compréhension plus ample du phénomène complexe de l’extrémisme violent au Sahel central. En ce sens, la présente étude capitalise les résultats des recherches antérieures sur le sujet, dont elle offre une revue critique à l’aune d’un riche apparat de nouvelles données qualitatives récoltées auprès des communautés peules vivant au front, et qui sont dès lors victimes tant de l’extrémisme violent que des réponses des acteurs nationaux et internationaux au terrorisme et à l’extrémisme violent.

Pour accéder à Si Les Victimes Deviennent Bourreaux : Facteurs contribuant à la vulnérabilité et à la résilience à l’extrémisme violent au Sahel central , veuillez suivre le lien. 

Paper