Inquiétante escalade de la violence jihadiste au Burkina Faso

Les attentats du 2 mars 2018 contre l’état-major des armées du Burkina Faso et l’ambassade de France sont sans précédent dans le pays : mieux organisés, ils ont impliqué des armes plus lourdes et duré plus longtemps que les attaques passées. Selon notre directeur du projet Afrique de l’Ouest, Rinaldo Depagne, ces attaques jihadistes démontrent une nouvelle fois la faiblesse des forces de sécurité burkinabè.

Afin d'accéder à l'analyse, Inquiétante escalade de la violence jihadiste au Burkina Faso, veuillez suivre le lien.

Licence

icon Attribution-NonCommercial-ShareAlike

Country