Cameroon

Cameroon

Podcasts

Le Forum consacré à Boko Haram (RTBF La Première)

Georges Berghezan et Françoise Wallemacq sont les invités de Fabienne Vande Meerssche dans l’émission « Midi Première - Le Forum » (RTBF) consacrée à l’histoire et l’évolution de Boko Haram. Deux ans après l’enlèvement de 276 jeunes filles au Nigeria par Boko Haram, quelles sont les situations au Nigeria et dans les trois pays voisins, le Niger, le Cameroun et le Tchad, connaissant les attaques de la formation djihadiste. Dans cette émission, Geaorges, Françoise et Fabienne reviennent sur les tactiques, communications et objectifs mises en place par la formation djihadiste.

Veuillez cliquer sur lien pour accéder au podcast de l’émission en ligne.

Podcast

Unraveling the relationship between climate change and conflicts

By 2050, extreme heat can make parts of the Middle East impossible to live in. Millions of people would have to find themselves a new home. In Western Africa, it’s said that the drying of Lake Chad is driving recruitment for terrorist group Boko Haram. And in Asia, the control of river water could become an extra source of conflict between India and Pakistan. These are just a few examples of how climate change can add to instability in the world. In this podcast, CMI take a good look at the links between climate change and conflicts and discuss what can be done to tackle the problem.

To listen to the podcast, Unraveling the relationship between climate change and conflicts kindly follow the link. 

Podcast

Vivre sous la menace de Boko Haram

27 000 morts en dix ans. 1,7 million de personnes déplacées. A la frontière de quatre pays, le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad, le lac Tchad est devenu depuis 15 ans un enfer pour les habitants de la région, à mesure que le groupe djihadiste Boko Haram en a fait son sanctuaire.

Pour écouter le podcast, Vivre sous la menace de Boko Haram, veuillez suivre le lien.

Podcast

Dialogue national au Cameroun: détente, décrispation ou leurre?

«J’ai décidé de l’arrêt des poursuites judiciaires contre certains responsables et militants de partis politiques notamment du MRC, le mouvement pour la renaissance du Cameroun, arrêtés et détenus pour des faits commis dans le cadre de la contestation des résultats de la récente élection présidentielle. » Ce tweet du président Paul Biya posté vendredi soir (4 octobre 2019) après une semaine essentiellement consacrée au grand dialogue national est au cœur de toutes les discussions au Cameroun. Détente, décrispation, apaisement, ou leurre?

Pour écouter l'intégralité du podcast Dialogue national au Cameroun: détente, décrispation ou leurre?, veuillez suivre le lien. 

Podcast

Documents de recherche et de stratégie

Cameroun: la menace du radicalisme religieux

Ce Rapport Afrique n°229 publié par l'International Crisis Group (IGC) s'intéresse de façon détaillée à la menace du radicalisme religieux au Cameroun. Le développement de l’intolérance religieuse y est un risque réel, mais malheureusement sous-estimé par les autorités. Afin d’éviter la propagation de l’extrémisme violent sur son territoire, le Cameroun doit rassembler toutes les confessions religieuses autour d’un nouveau pacte social et l’entériner par une charte de la tolérance religieuse.

Le résumé du rapport, ainsi qu'une version à télécharger, sont disponibles en ligne

Paper

Étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les États francophones d’Afrique sub-saharienne

cartographique ombudsman

L’ étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les pays francophones d’Afrique sub-saharienne est un projet initié sous l’égide de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en collaboration avec le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées – Genève (DCAF) dans le cadre du programme de l’OIF « Apporter un appui au maintien et à la consolidation de la paix ».

Cette étude s’inscrit dans la continuité de recherches approfondies sous l'égide de l'OIF et du DCAF sur « Les institutions de médiation pour les forces armées dans les pays francophones d’Afrique subsaharienne : Burkina Faso, Burundi et Sénégal ». Elle a pour objectifs de développer une analyse complète des activités et du rôle des institutions de médiation pour les forces armées, de permettre l’identification des facteurs qui facilitent ou, au contraire, entravent la mise en place et le fonctionnement de ces institutions, ainsi que d'initier un débat et encourager le recours aux institutions de médiation. 

L'étude porte sur un ensemble d'Etats d'Afrique subsaharienne: une partie sont dotés d'un ombudsman ayant vocation à traiter les cas concernant les forces armées (Burkina Faso, Camoroun, Niger, Sénégal et Togo), d'autres ont seulement une institution de médiation à vocation générale (Burundi, Côte d'Ivoire, Guinée, Madagascar et Mali) et enfin d'autres en sont dépourvus (Les Comores et la République Démocratique du Congo). La recherche souligne certaines caractéristiques communes aux institutions de médiation à compétence générale, et indique les défis auxquelles elles sont confrontées, notamment le manque de visibilité ou le niveau de ressources dont elles bénéficient.

Pour accéder à l'Étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les États francophones d’Afrique sub-saharienne, veuillez suivre le lien.

Paper

Cameroon: Confronting Boko Haram

Cameroon’s military campaign against the Boko Haram insurgency started late but has met with partial success. To consolidate gains and bring lasting peace to the Far North, the government must now shift to long-term socioeconomic development, countering religious radicalism and reinforcing public services.

For full access to the report  Cameroon: Confronting Boko Haram (available only in French), kindly follow the link.  

Paper

Cameroun : faire face à Boko Haram

La campagne militaire camerounaise contre l'insurrection de Boko Haram, bien que lancée tardivement, a rencontré plusieurs succès. Afin de consolider les avancées obtenues et instaurer une paix durable dans le nord du pays, le gouvernement doit désormais se focaliser sur le développement socio-économique sur le long terme, contrer l'islamisme radical et renforcer les services publics.  

Pour un accès à l'analyse complète, Cameroun : faire face à Boko Haram veuillez suivre le lien.

Paper

La Force mixte peut-elle maintenir le cap ?

Cet article se penche sur les premiers pas de la force militaire mixte déployée au Cameroun et au Nigéria, afin d'en évaluer les succès, mais également de cerner les limites liées à certaines lacunes rencontrées en matière de coordination et de commandement.

Pour accéder à l'étude La Force mixte peut-elle maintenir le cap?, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

Cameroun : la crise anglophone à la croisée des chemins

Depuis octobre 2016, le Cameroun traverse une crise politique. La minorité anglophone, qui se sent marginalisée politiquement et économiquement, exprime sa frustration sur fond de revendications corporatistes. Bien que le gouvernement ait consenti à quelques mesures d'apaisement, il devrait reconstruire la confiance mutuelle avec la minorité anglophone afin d'éviter l’engrenage à la veille des élections générales prévues en 2018.

Pour accéder à Cameroun : la crise anglophone à la croisée des chemins, veuillez cliquer le lien.

Paper

Cameroun : l’aggravation de la crise anglophone requiert des mesures fortes

Sur fond d’attentats à la bombe, de violences sporadiques et de mesures répressives de l’Etat, la crise qui touche les régions anglophones du Cameroun est entrée dans une phase nouvelle, plus violente. Pour éviter le déclenchement d’un conflit armé, le président camerounais doit aller au-delà des mesures cosmétiques et mettre en œuvre d’urgence des réformes majeures avant d’engager un dialogue inclusif de haut niveau avec l’appui de l’ONU ou de l’Union africaine.

Pour accéder à l'article Cameroun : l’aggravation de la crise anglophone requiert des mesures fortes, veuillez suivre le lien.

Paper

Extrême-Nord du Cameroun : le casse-tête de la reconstruction en période de conflit

La lutte contre Boko Haram dans l’Extrême-Nord du Cameroun, la région la plus pauvre du pays, a exacerbé la situation économique déjà précaire et bousculé les rôles socioéconomiques. Le gouvernement et les partenaires internationaux devront mettre en œuvre des politiques de développement qui tiennent compte des stratégies d’adaptation et de résilience des populations aux nouvelles réalités économiques.

Pour accéder à Extrême-Nord du Cameroun : le casse-tête de la reconstruction en période de conflit, veuillez suivre le lien. 

Paper

Crise et développement: La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram

Depuis 2009, la région du lac Tchad est le théâtre d'une crise socio-politique liée à l'expansion de Boko Haram. Malgré un début de développement des infrastructures locales, la pauvreté intrinsèque ainsi que la corruption accompagnée des dysfonctionnements des instances publiques ont fait de la région un terrain fertile pour l'ancienne secte salafiste d'origine nigérianne reconvertie en mouvement de lutte armé. Les opérations de contre-insurrection ont acculé Boko Haram dans des zones reculées contraignant le groupe à un mode d'action violent et sporadique. Le climat de peur découlant ainsi que la baisse du prix du pétrole en 2014 juxtaposa une crise économique à une crise politique pour des États rentiers (Nigéria et Tchad) fortemment dépendant de cette ressource.

Tout d'abord, cet article analyse la situation politique et économique de la région du lac Tchad avant l'implantation de Boko Haram pour ensuite retracer l'évolution géopolitique du secteur suite à l'entrée en jeu du groupe islamiste. Enfin, l'article développe à travers des réflexions prospectives sur les enjeus et scénarios possibles sur les 20 ans à venir. 

Afin d'accéder à l'analyse, Crise et développement: La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram, veuillez suivre le lien.

Paper

Cameroon’s Far North: A New Chapter in the Fight Against Boko Haram

The intensity of the conflict against Boko Haram in Cameroon’s Far North has diminished, though the movement still poses a threat and the humanitarian situation remains precarious. Long-term stability hinges on how the government resolves two principal security challenges: first, dealing with former combatants and other Boko Haram members; and, secondly, determining the future of community self-defence, or vigilante, groups. A well-designed policy toward former Boko Haram members could lead those that are still active to surrender while vigilantes could turn to crime if left to their own devices.

In order to read, Cameroon’s Far North: A New Chapter in the Fight Against Boko Haram, please follow the link.

Paper

Extrême-Nord du Cameroun : nouveau chapitre dans la lutte contre Boko Haram

Alors que le conflit entre les forces de sécurité camerounaises et Boko Haram baisse en intensité dans l’Extrême-Nord du Cameroun, deux enjeux sont essentiels pour une paix durable : le devenir des anciens membres, y compris combattants, du mouvement jihadiste, et celui des comités de vigilance. Une politique adéquate à l’égard des anciens membres de Boko Haram pourrait pousser les combattants camerounais encore actifs à se rendre. De leur côté, certains membres des comités de vigilance pourraient se tourner vers des activités criminelles après la fin du conflit s’ils ne sont pas encadrés.

Le gouvernement camerounais devrait poursuivre en justice les militants les plus dangereux et préparer la réinsertion dans leurs communautés des anciens membres de Boko Haram considérés comme un moindre risque. Il devrait aussi dissoudre certains comités de vigilance et en maintenir d’autres comme auxiliaires des forces de police.

Afin d'accéder à l'analyse, Extrême-Nord du Cameroun : nouveau chapitre dans la lutte contre Boko Haram, veuillez suivre le lien.

Paper

Cameroun : la conférence générale anglophone mérite un soutien national et international

La conférence générale anglophone peut constituer une étape décisive dans le règlement de la crise anglophone, en cours depuis plus d'un an. Les organisateurs, les différents acteurs anglophones, la société civile, et les partenaires internationaux du Cameroun doivent pousser le gouvernement et les chefs de file séparatistes à dépasser leurs réticences. 

L’International Crisis Group salue l’initiative de quatre représentants religieux d’organiser une conférence générale anglophone à Buea, dans la région du Sud-Ouest, au Cameroun. En avril 2018, Crisis Group avait proposé l’Eglise catholique comme potentiel médiateur du conflit dans les régions anglophones (Nord-Ouest et du Sud-Ouest). Le 25 juillet, le cardinal émérite Christian Tumi a annoncé que cette conférence aurait lieu les 29 et 30 août ; elle a depuis été repoussée aux 21 et 22 novembre. Ce report est bienvenu, car il devrait permettre de mieux préparer l’évènement et d’assurer la participation de toutes les parties concernées.

Afin d'accéder à l'analyse, Cameroun : la conférence générale anglophone mérite un soutien national et international, veuillez suivre le lien.

Paper

Le Cameroun, un pays profondément déstabilisé

Le Cameroun se trouve dans une situation difficile. L’élection présidentielle du 7 octobre, qui laissait déjà bon nombre de Camerounais indifférents en raison du peu de suspense sur son issue, est éclipsée par le conflit qui sévit dans les provinces du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La situation s’y est tellement dégradée que les nombreux autres défis auxquels le pays fait face semblent relégués au second plan.

Une réponse autoritaire à des manifestations pacifiques s'est transformée en un test pour l'identité camerounaise en tant qu'état multiculturel, et a placé le pays face au risque d'un conflit prolongé.

Afin d'accéder à l'article, Le Cameroun, un pays profondément déstabilisé, veuillez suivre le lien.

Paper

Autres documents

Boko Haram : évolution de 2012 à aujourd’hui

Cette note présente les moments forts de l’évolution de Boko Haram depuis 2012, quand la formation djihadiste – initialement active surtout dans le nord-est du Nigeria – a étendu ses attaques à trois pays voisins, le Niger, le Cameroun et le Tchad.

Outre l’évolution des zones sous son contrôle, d’autres caractéristiques expliquent le développement de Boko Haram : structuration, tactiques, communication, alliance avec d’autres mouvements djihadistes, approvisionnement en armes, etc.

Document disponible: Boko Haram : évolution de 2012 à aujourd’hui 

Other Document

How Can Fragile and Conflict-Affected States Improve Their Legitimacy With Their People?

Fragility, conflict, and violence affect development outcomes for more than two billion people. This poses a particular challenge to development organizations, governments, and NGOs alike.

On December 5, 2016, the World Bank and the Fletcher School of Law and Diplomacy convened a day-long conference to discuss some of these challenges, share the latest research, and exchange knowledge and experience from the field.

To access the entire conference report How Can Fragile and Conflict-Affected States Improve Their Legitimacy With Their People?, kindly click on the link.

Other Document

Baseline Study of the State of Play of SSG-R and the inclusion of CSOs in SSR processes Nigeria, Mali, Cameroon and Wider ECOWAS-ECCAS Region

This baseline study was conducted by the African Security Sector Network (ASSN) team for the Friedrich-Ebert-Stiftung Peace and Security Competence Centre (FES PSCC) as part of the project "Security for All", which is co-financed by the European Union. 

This study intends to be a gap analysis audit and an overview on SSG/R processes in targeted countries (Nigeria, Mali and Cameroun) and the wider ECOWAS region.

The aim of the study is to identify gaps and the causes of the weak involvement of civil society in the public oversight of the security sector so that project activities in all work packages can be specifically tailored and targeted to encourage greater participation of civil society organisations in these reform processes in West and Central Africa.

To access the Baseline Study of the State of Play of SSG-R and the inclusion of CSOs in SSR processes Nigeria, Mali, Cameroon and Wider ECOWAS-ECCAS Region, kindly follow the link. 

Other Document