Madagascar

Madagascar

Etudes de cas

UN Mediation and the Politics of Transition after Constitutional Crises

Context

When a coup d'état or unconstitutional change of government happens, how does the UN respond? This is the question addressed in IPI's latest policy paper: UN Mediation and the Politics of Transition after Constitutional Crises by Charles T. Call.Examining the UN's experience in dealing with such political crises in Kenya, Mauritania, Guinea, Madagascar, and Kyrgyzstan between 2008 and 2011, this report identifies trends across the cases and draws lessons regarding the role of international mediation and the transitional political arrangements that emerged.

Selected Resources

Strengthening the UN's Mediation Support Unit, whose standby team of thematic experts have been successfully deployed in several cases;In order to ensure a principled, coherent, and effective response that prevents the escalation of violence and facilitates a country's return to constitutional order, Call recommends:

  • expanding and adequately resourcing UN regional offices, which have made singular contributions to mediation efforts;
  • appointing mediators with prior professional experience in other multilateral organizations, who can contribute to effective collaboration among international and regional organizations;
  • preparing the UN more systematically for addressing electoral disputes;
  • enhancing communication between the UN Department of Political Affairs and resident coordinators on the ground;
  • creating effective UN mechanisms to monitor transitional arrangements, including power sharing arrangements and other efforts for reconciliation, justice, and conflict-sensitive development.
  • Interestingly, Call argues that the UN should be cautious about adopting a blanket policy of denouncing all departures from constitutional order.
case study

Documents de recherche et de stratégie

Étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les États francophones d’Afrique sub-saharienne

cartographique ombudsman

L’ étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les pays francophones d’Afrique sub-saharienne est un projet initié sous l’égide de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en collaboration avec le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées – Genève (DCAF) dans le cadre du programme de l’OIF « Apporter un appui au maintien et à la consolidation de la paix ».

Cette étude s’inscrit dans la continuité de recherches approfondies sous l'égide de l'OIF et du DCAF sur « Les institutions de médiation pour les forces armées dans les pays francophones d’Afrique subsaharienne : Burkina Faso, Burundi et Sénégal ». Elle a pour objectifs de développer une analyse complète des activités et du rôle des institutions de médiation pour les forces armées, de permettre l’identification des facteurs qui facilitent ou, au contraire, entravent la mise en place et le fonctionnement de ces institutions, ainsi que d'initier un débat et encourager le recours aux institutions de médiation. 

L'étude porte sur un ensemble d'Etats d'Afrique subsaharienne: une partie sont dotés d'un ombudsman ayant vocation à traiter les cas concernant les forces armées (Burkina Faso, Camoroun, Niger, Sénégal et Togo), d'autres ont seulement une institution de médiation à vocation générale (Burundi, Côte d'Ivoire, Guinée, Madagascar et Mali) et enfin d'autres en sont dépourvus (Les Comores et la République Démocratique du Congo). La recherche souligne certaines caractéristiques communes aux institutions de médiation à compétence générale, et indique les défis auxquelles elles sont confrontées, notamment le manque de visibilité ou le niveau de ressources dont elles bénéficient.

Pour accéder à l'Étude cartographique des institutions de médiation pour les forces armées dans les États francophones d’Afrique sub-saharienne, veuillez suivre le lien.

Paper

Madagascar face à la criminalité multiforme

Cette étude se penche sur l’élection présidentielle à Madagascar en décembre 2013, qui a formellement clôturé une séquence politique de relative paralysie institutionnelle depuis le coup d’État de mars 2009. L’héritage le plus lourd de cette crise est toutefois l’intensification d’une criminalité multiforme. Elle se traduit par des trafics de biens variés: ressources naturelles, espèces protégées ou non, produits illicites, minerais, bois précieux.  Au fil de la transition, le pouvoir s’est recentralisé et le pilotage des réseaux de l’économie grise avec. Madagascar est alors entré dans une phase de « criminalisation de l’État » : l’État s’est reconstruit sur un système où la frontière entre l’illicite et le licite est devenue floue. Les réseaux de l’économie souterraine ont indistinctement enrichi les acteurs précités. Ils ont dans le même temps permis la stabilisation de l’économie réelle et la légitimation du président de transition dont le souci était de préserver la fidélité de ceux qui l’ont porté au pouvoir en leur concédant des prérogatives.

Pour accéder à l'étude, Madagascar face à la criminalité multiforme, veuillez suivre le lien.

Paper

The Cattle Raiders Leave Us No Choice: New Transhumance in the Mahafaly Plateau Region in Madagascar

This article reports findings from a qualitative case study on the recent development of a pastoral transhumance movement in the Mahafaly Plateau region in Madagascar. Interviews with pastoralists from 26 villages are analyzed within a framework of contemporary new institutional economics to investigate pastoral mobility, as a response to the Madagascar-wide problem of cattle raiders (dahalo ). The conditions for the new movement are compared to a traditional transhumance movement comprising the same actors but in reverse geographical direction. The findings illustrate how Madagascar’s cattle raiding problem has influenced the rural society’s social norms and mental models. The study highlights how supportive social norms and fitting shared mental models influence people’s capacity to adapt, especially in sociocultural settings ruled by informal indigenous institutions.

For full access to The cattle raiders leave us no choice: New transhumance in the Mahafaly Plateau region in Madagascar, kindly follow the link. 

Paper

Madagascar: l’armée poursuit sa traque des voleurs de bétail

Plus de 100 militaires malgaches ont poursuivi à pied jeudi leur traque des voleurs de bétail à l'origine de la mort d'au moins six d'entre eux dans le sud-est de Madagascar, a indiqué la gendarmerie nationale. Les voleurs, traditionnellement connus sous le nom de « Dahalo », utilisent des moyens qualifiés par les autorités de « grand banditisme ». Ils sont retranchés dans une zone d’accès malaisé, où les militaires doivent dormir à la belle étoile et où les Dahalo sont avantagés par la connaissance du terrain. Selon des sources proches du dossier, les Dahalo bénéficient d’un réseau de corruption et de complicités dans l’administration pour écouler les zébus volés. 

Pour accéder à Madagascar: l’armée poursuit sa traque des voleurs de bétail, veuillez cliquer le lien.

Paper

This Is Not About Cows: Historic and Contemporary Challenges to South-Central Madagascar’s Cattle Systems

Madagascar’s most cattle-dependent regions have, in recent years, been surrounded by narratives of a sudden and violent decline in both the sheer number of and benefits conferred by the nation’s distinctive zebu cattle, narratives which largely attribute this decline to theft and insecurity. This paper examines the broader state of cattle-based livelihoods in two such regions, Haute Matsiatra and Ihorombe, through evidence garnered from semi-structured interviews conducted over three weeks in the major cattle market towns of Ambalavao and Ihosy, and in the rural commune of Sakaviro, five kilometers south of Ambalavao.

For full access to This Is Not About Cows: Historic and Contemporary Challenges to South-Central Madagascar’s Cattle Systems, kindly follow the link. 

Paper

Élites, pouvoir et régulation à Madagascar

La trajectoire économique de long terme de Madagascar est un mystère, qui au-delà du cas spécifique interroge plus largement les ressorts des divergences de développement observées au niveau mondial. Non seulement le PIB par tête n’a cessé de reculer depuis l’indépendance, mais à chaque fois que le pays s’est engagé sur un sentier de croissance, celle-ci a été brutalement interrompue par une crise de nature sociopolitique, venant mettre à bas les espoirs qu’elle avait suscités. La concomitance de périodes d’expansion économique et de crises politiques laisse ainsi supposer qu’une des sources essentielles des difficultés rencontrées par le pays est sa faible capacité à instaurer un consensus politique stable autour des processus d’accumulation et des modes de répartition des richesses. Une telle hypothèse invite alors à opérer une relecture de l’histoire longue en appliquant une grille d’analyse d’économie politique : quels sont les acteurs en présence à chaque période et quels liens entretiennent-ils les uns aux autres, quelles sont les principales sources de pouvoir et de richesse, quelles sont les institutions qui contribuent à la régulation sociale, quelles sont les contradictions du système ?

Pour accéder à Élites, pouvoir et régulation à Madagascar, veuillez cliquer le lien.

Paper

Madagascar economic update

Even though a large majority of poor households are engaged in agriculture, per capita productivity and real levels of sectoral growth remain low in Madagascar. Approximately 80 percent of the population are engaged in agriculture, which provides the main source of income for households, albeit at subsistence levels. Cultivation practices are based on extensification strategies with implications for Madagascar’s fragile natural resource base, rather than improving the productivity of existing farms and land use. To ensure Madagascar’s growth prospects more inclusively benefit the entire population it will be crucial to improve the productivity of the agriculture sector. The first part of the this economic update has the World Bank’s assessment of recent economic developments and the outlook over the short to medium term in Madagascar. The second part of this update focuses on Agriculture and Rural Development. 

For full access to Madagascar economic update, kindly follow the link. 

Paper

Cattle Rustling and Insecurity in Africa: A Comparative Perspective

Cattle rustling is on the rise in various African countries, with the associated number of deaths, both amongst cattle rustlers, security forces and affected populations reaching problematic proportions. Yet, there is limited policy-oriented research on this matter ranging the security-development continuum. This ISSAT brief, developed as part of the mandate Reinforcing African Union SSR Unit support to national SSR processes draws on existing literature, and provides an overview of cattle rustling in Madagascar, Lesotho, South Africa, Uganda, Nigeria and Kenya. A brief contextualisation is provided for each country, before outlining the security measures implemented to tackle the challenge, and deriving recommendations.

For full access to the paper, Cattle Rustling and Insecurity in Africa: A Comparative Perspective, kindly follow the link. 

Paper

Livres

Influencing Change

This book: (i) reviews how evaluation can lead the change process in policy and institutional development; (ii) presents a variety of good practices and lessons learned in building up evaluation capacities; and (iii) introduces new perspectives on evaluation capacity building.

Book