Burkina Faso : sortir de la spirale des violences

Que se passe-t-il ? Au Burkina Faso, les violences armées s’intensifient, sur fond de crise multiforme du monde rural. Les groupes armés prolifèrent, qu’il s’agisse de bandits, de jihadistes ou de groupes d’autodéfense. En 2019, le Burkina est ainsi devenu le pays sahélien le plus ciblé par les attaques jihadistes.

En quoi est-ce significatif ? Un dangereux engrenage est à l’œuvre : les jihadistes exploitent les frustrations du monde rural ; les autorités ont recours à la force, et les abus des forces de l’ordre et des groupes d’autodéfense favorisent les violences locales à base communautaire. Le recrutement de divers groupes armés s’en trouve facilité.

Comment agir ? Le gouvernement devrait faire un usage proportionné
de la force, limiter le rôle des groupes d’autodéfense dans la lutte contre-insurrectionnelle, et développer une approche intégrée de la sécurité. A plus long terme, mettre fin aux crises du monde rural implique de résoudre la question foncière, souvent au cœur des conflits locaux.

Accéder au document complet.

Licence

Country