Exemple de cas d'intégration du genre : Développement de programmes de formation - Contribution de la RSS à la prévention et à la lutte contre l'extrémisme violent

En 2018, le Danemark, la France, les Pays-Bas, la Norvège et la Suisse ont mandaté l'ISSAT pour développer un cours sur la " Contribution de la RSS à la prévention et à la lutte contre l'extrémisme violent " (SSR-VE). L'objectif de ce mandat était de créer un cours de 5 jours focalisé sur la prévention de l'extrémisme violent (VE) et couvrant les dimensions liées à la sécurité humaine, la gouvernance et l'engagement des communautés locales. Les cours ont ensuite été expérimentés à Bamako (Mali) et à La Haye (Pays-Bas).

 

Dès le début, l'ISSAT a adopté une approche fondée sur le genre pour l'élaboration et la prestation des cours, prenant en considération le lien important entre ce domaine thématique et la sécurité communautaire ainsi que sa pertinence pour la sécurité et subsistance des hommes, des femmes, des garçons et des filles.

 

Points d'entrée pour l'égalité des genres

Références au genre dans les documents fondateurs du cours

Les termes de référence du cours fixent des engagements explicites en matière d'égalité des genres pour le cours.  Le document de conception du cours souligne que " les considérations liées au genre seront intégrées dans l'ensemble du programme.  Il met l'accent sur la présentation d'expériences fondées sur des données probantes reflétant l'importance critique de l'analyse sensible au genre pour répondre aux besoins uniques des communautés locales, aux défis de l'injustice et de la marginalisation sur différents segments de la société".

 

L'ancrage des considérations relatives à l'égalité des sexes dans la vision du cours et dans les documents fondateurs a non seulement permis de parvenir à une compréhension commune de l'importance de l'égalité des genres et de la RSS, mais a également garanti l'intégration de cet aspect dans l'ensemble des supports du cours.  Cela a également permis aux animateurs du cours de s'engager dans la nécessité de mettre davantage l'accent sur l'égalité des sexes dans leurs sessions individuelles.

 

Parité au sein de l'équipe du cours et parmi les participants

L'ISSAT a investi des efforts considérables pour viser une représentation paritaire au sein de l'équipe de formation.  L'équipe chargée de l'élaboration du programme d'études, ainsi que les équipes d'animation, étaient composées à part égale d'hommes et de femmes.

 

Le principal défi reste d'assurer la parité des participants à la formation, domaine dans lequel l'ISSAT a la plus faible marge d'impact.  Malgré un suivi actif visant à inclure les femmes, lors de la première session pilote à Bamako, seules 3 femmes (14%) ont participé au cours, en raison du faible nombre de candidates.  Lors de la deuxième session pilote à La Haye, le taux de participation des femmes était plus élevé, avec 47 %.

 

Une analyse comparative des deux sessions de formation souligne l'importance de la parité des sexes pour des discussions plus représentatives, pertinentes et diversifiées sur les questions liées à la réforme de la sécurité et de la justice.  Elle favorise également un engagement plus fort des participants en ce qui concerne les thèmes des cours. 

 

Déterminer le niveau de sensibilisation des participants aux questions de genre

L'ISSAT a déterminé le niveau de sensibilisation aux questions de genre parmi les participants à la formation en procédant à l'analyse des demandes d’inscription et des questionnaires préalables au cours. Cette étape joue un rôle capital pour que le matériel de formation réponde aux besoins des participants et pour garantir que le débat autour de l'égalité des genres soit nourri par l'introduction des thèmes et questions clés, et évolue vers une compréhension plus complexe des rôles de genre et des implications sur l'efficacité, la responsabilité et la légitimité des institutions de sécurité et de justice.

 

Développement du contenu

Le cours de SSR-VE visait à sensibiliser à l'importance de développer des programmes de RSS sensibles au genre, basés sur une analyse fondée sur le genre de la sécurité communautaire et visant l'égalité des genres dans l'accès aux services, ainsi que dans la prestation des dits services. Il visait à modifier l'orientation actuelle de la communauté de la RSS, qui est principalement axée sur le recrutement des hommes et des garçons dans les groupes extrémistes, et à la rééquilibrer concernant les questions du recrutement souvent négligé des femmes et des filles et des rôles qu'elles jouent dans la communauté et dans les institutions de sécurité.

 

Les deux cours pilotes comprenaient également une session sur le " renforcement de la confiance entre les citoyens et les forces de sécurité ", qui mettait l'accent sur l'égalité des genre et les approches fondées sur les droits humains. Cette session a introduit une séance de jeux de rôle pour illustrer que les femmes, les hommes, les filles et les garçons ont des expériences différentes de l'(in)sécurité et a inclus des exercices pour discuter des rôles des différents groupes dans la prévention de l'extrémisme violent. En outre, les bonnes pratiques d'inclusion et de représentativité ont été largement discutées lors des sessions thématiques sur la gouvernance, la justice pénale et le maintien de l'ordre. Le message clé transmis dans le cadre de la session sur la gouvernance portait sur le rôle clé que joue l'égalité des genres dans le renforcement de l'efficacité, de la responsabilité, de la transparence et de l'inclusivité des institutions de sécurité et de justice. Au cours de la session sur la réforme de la chaîne de la justice pénale, les facilitateurs ont abordé la question de l'accès à la justice et de l'exclusion de groupes spécifiques en raison de leur culture, de leur gender, de leur âge ou de leur milieu socioéconomique. La session sur l'engagement communautaire s'est concentrée sur les conditions de la réduction de la violence communautaire (CVR), en discutant de la manière d'autonomiser les hommes, les femmes, les garçons et les filles et de promouvoir la cohésion sociale.

 

Présentation du cours

Dans la prestation de ses deux cours pilotes, l'ISSAT reconnaît l'importance de développer des stratégies d'intégration de la dimension de genre qui soient culturellement sensibles. La compréhension du contexte dans lequel la formation a été dispensée était d'une importance primordiale pour les animateurs. L'approche du cours a été conçue en tenant compte des croyances profondément enracinées et des valeurs sensibles au genre des participants. Les animateurs du cours ont veillé à ce que les questions d'égalité soient abordées d'une manière adaptée aux contextes locaux et régionaux. Par exemple, les questions pertinentes pour les personnes LGBTQ ont été plus facilement abordées lors de la deuxième formation pilote à La Haye.

 

Recommandations

·       Définir clairement les résultats, les objectifs et les livrables liés à l'égalité des genres dans les documents fondateurs du cours. Cela permet d'obtenir l'engagement de toute l'équipe depuis le début et de s'assurer que l'accent est mis sur cette priorité stratégique clef tout au long de la conception et de la prestation du cours.

·       Allouer suffisamment de temps pour expliquer et déconstruire les notions de genre, d'intégration de la dimension de genre et d'égalité entre les genre. Souvent, les participants ont des conceptions préconçues de ce que l'on entend par genre. Une discussion ouverte sur ce qu'est le genre, au début du cours, peut aider à établir une compréhension commune entre les participants et, par conséquent, permettre un échange plus riche et plus productif pendant les sessions. 

·       Rechercher une parité entre les genres parmi les participants à la formation en diffusant de manière proactive les applications du cours parmi les participantes potentiellement pertinentes. Cela peut être particulièrement difficile, en raison des faibles pourcentages de femmes dans de nombreuses institutions de sécurité et de justice. L'impact de la diversité parmi les participants à la formation est très élevé sur le niveau et la qualité des discussions, ainsi que sur la force du message que le cours communique sur l'engagement de l'organisation envers l'égalité des genres.

·       Lorsque la parité n'est pas atteinte, les animateurs doivent adopter des stratégies alternatives pour compenser cet écart. Ces stratégies pourraient inclure le recours à des animatrices ou des conférencières supplémentaires, l'établissement de règles de base permettant à tous les participants d'intervenir sans crainte ni intimidation, ou la promotion d'une discussion ouverte entre les participants sur les expériences positives ou négatives liées au genre dans leur vie professionnelle et/ou personnelle. 

·       L'établissement de données probantes ou d'exemples fondés sur l'expérience avant le cours est la clé du succès du cours. Les animateurs doivent de plus en plus se référer aux recherches et aux preuves existantes sur la dynamique des genres et des masculinités en rapport avec le sujet du cours. Les spécificités culturelles liées aux constructions sociales et de genre dans le contexte géographique du lieu du cours doivent également être prises en considération afin de maximiser l'impact de la formation et d'éviter les maladresses culturelles.

 

Case study published in January 2020. 

Download

SSR-VE - Gender Mainstreaming Case Example_FR.pdf (248 kB)
Downloaded 22 times since 13 January 2020.

Author(s)

Publisher(s)