L’offre plurielle de sécurité dans le Grand Tunis: Quelles alternatives à l’État pour combler le « vide » sécuritaire?

Capture

A Tunis, sécurité et développement urbain sont étroitement liés. L'urbanisation du grand Tunis s'est toujours caractérisée par des quartiers informels dont les habitants déplorent l'incapacité de l'Etat à pourvoir des habitations abordables et adaptées dans des zones surpeuplées. Etiquetées "quartiers populaires", ces zones souffrent de la petite délinquance et des crimes liés aux drogues. Le manque de services de base tels que l'éclairage nocturne et le transport public ainsi que l'affaiblissement des méchanismes de contrôle social entre voisins accentuent le sentiment d'insécurité des habitants.

A l'heure actuelle, l'écart entre l'offre étatique de sécurité et les besoins des habitants n'a pas été comblé, les processus de décentralisation et de réforme du secteur de la sécurité n'ayant pas progressé suffisamment. Les représentants locaux tels que les délégués n'ont pas les ressources nécessaires pour remplir leurs obligations, et ces positions ont été politisées par les partis qui cherchent à promouvoir leurs membres à ces postes. De plus, les délégués sont associés au services de renseignement de l'ancien régime et n'ont pas la confiance de la population.

Cette étude de cas fait partie d'une série sur la sécurité plurielle par Plural Security Insights. Pour avoir accès à L’offre plurielle de sécurité dans le Grand Tunis, veuillez suivre le lien.

La série comprend aussi, en anglais :

Setting the Aperture Wider: A synthesis of research and policy advice on security pluralism in Tunis, Nairobi and Beirut

Beirut, a safe refuge? Urban refugees accessing security in a context of plural provision

Hustling for Security: Managing plural security in Nairobi’s poor urban settlements

Licence

icon Attribution-NonCommercial-ShareAlike

Publisher

2016

Country