Sept priorités pour l’Union africaine en 2018

L’année 2018 pourrait apporter des changements majeurs pour l’Union africaine (UA) qui se propose de mettre en œuvre un large programme de réformes institutionnelles et financières. A la fin du mois de janvier, le président du Rwanda Paul Kagame, initiateur et chef d’orchestre de ce processus, reprendra la présidence de l’Assemblée de l’UA, l’organe suprême de décision de l’organisation, ce qui implique que ces réformes seront une des priorités de l’UA. Les changements qui seront opérés sont essentiels pour la santé à long terme de l’organisation, mais leur mise en œuvre ne sera pas une mince affaire. 

Confrontée à de nombreux enjeux de paix et de sécurité, l’UA devrait se concentrer à la fois sur les crises les plus graves de l’Afrique et sur celles dans lesquelles l’organisation continentale a un rôle actif à jouer. Partant de ce postulat, ce briefing revient sur les priorités de l’UA en 2018. Parmi ces priorités figurent les importants efforts de réforme, la nécessité de contenir les frictions entre le Maroc et la République arabe sahraouie démocratique (RASD) pour qu’elles ne perturbent pas les travaux de l’organisation ; aider à résoudre ou à éviter d’éventuelles crises liées aux élections en RDC, au Cameroun, au Mali ou au Zimbabwe et gérer les conflits en République centrafricaine, en Somalie et au Soudan du Sud.

Pour accéder à l'article Sept priorités pour l’Union africaine en 2018, veuillez suivre le lien.

Country