2017-2020, retour sur la mécanique de la réforme au pays des Hommes intègres

by Valentin Wagee · April 17th, 2020.

« Notre mission est de changer la roue d’une voiture lancée à pleine allure ». C’est ainsi que s’exprimait, le 26 février 2020, le chef du Secrétariat général à la Défense nationale du Burkina Faso, lors d’un atelier de communication autour de la nouvelle Politique de sécurité nationale récemment adoptée. Avec un sens de la formule propre aux burkinabè, cette métaphore automobile sera déclinée tout au long de cet échange facilité par DCAF. La problématique évoquée ici fait bien entendu référence au dilemme auquel sont confrontées de nombreuses administrations des pays du Sahel : le consensus existe autour du besoin de réforme et de l’amélioration de la gouvernance du secteur de la sécurité, mais les conditions sécuritaires actuelles nous le permettent-elles ? Ne devrait-on pas prioriser les ajustements de nature opérationnelle, endiguer les menaces auxquelles le pays fait face et faire revenir la paix d’abord ? Ces questions de réorganisation, de clarification des mandats des forces de sécurité, de définition de politiques générales et de livres blancs ne doivent-elles pas s’effacer devant l’urgence de la situation à laquelle la population civile est confrontée quotidiennement ? Les travaux accomplis au Burkina Faso au cours des trois dernières années montrent que ce combat sur deux fronts est non seulement possible, mais également nécessaire.

Au Burkina Faso, l’insurrection d’octobre 2014 a amorcé un désir de redéfinition du contrat social liant les populations et leurs forces de défense et de sécurité. Ces aspirations ont fait transparaître une ambition forte à la justice, et à un mode de gestion et de gouvernance incluant les différentes composantes de la société, avec la sécurité humaine érigée en valeur cardinale.

L’aggravation de la crise sécuritaire, le changement d’administration et les aspirations de la population ont donc incité le gouvernement burkinabè à organiser en 2017 un Forum national sur la sécurité. Cet évènement a posé les jalons d’un remarquable effort de coordination. En effet, les équilibres et prérogatives des différentes institutions du secteur de la sécurité avaient été durablement modifiés à la suite de la crise politique de 2014. Certaines avaient d’ores et déjà entrepris un ambitieux effort de réforme, focalisé en grande partie sur l’aspect opérationnel. D’autres se basaient sur des politiques générales plus anciennes, qui ne traduisaient plus nécessairement la complexité actuelle du mandat des forces de sécurité ou qui requéraient des amendements ou une traduction effective en décrets d’application.

Remarquable également dans sa capacité à faire dialoguer des personnalités au langage professionnel divergent : porteurs d’uniformes, stratèges, intellectuels, chercheurs, activistes. Remarquable enfin dans son aptitude à dessiner une feuille de route, avec cette capacité de projection qui parfois fait défaut dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité et qui est indispensable au succès de l’esprit de réforme.   

C’est à la suite du Forum que la commission d’élaboration de la Politique de sécurité nationale (PSN) a été créée en décembre 2018 et installée au printemps suivant par le Président du Faso. Elle a reçu la mission d’élaborer, en conformité avec les orientations du Conseil supérieur de la Défense nationale (CSDN), un projet de loi pour la réorganisation de l’architecture de sécurité et de défense, d’assurer la vulgarisation du document en direction des couches socio-professionnelles et de veiller à la cohérence et à la coordination des stratégies sectorielles qui seront développées pour la mise en œuvre de la nouvelle architecture de la sécurité nationale.

Après six mois de travaux et une cinquantaine de réunions entre chercheurs, société civile et cadres du secteur régalien, la commission est parvenue à produire le premier brouillon de la Politique de sécurité nationale, les orientations et directives de sa mise en œuvre et une ébauche de la Stratégie de sécurité nationale. Elle a soumis le draft "zéro" au Président du Faso, le 20 janvier 2020. Parallèlement à la préparation de la mise en œuvre de la PSN, le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN) poursuit les consultations nécessaires à une bonne dissémination du document et des concepts clés par toutes les couches socio-professionnelles de la nation.  

A l’issue de l’élaboration de ce draft "zéro", plusieurs étapes importantes restent à venir : proposition d’un projet de loi portant organisation générale de la sécurité nationale, rédaction des stratégies sectorielles notamment celles de la défense nationale et celle de la sécurité intérieure, et rédaction des stratégies spécifiques notamment celles de la lutte contre le terrorisme et de la réforme de l’administration centrale.

Conformément au plan de travail élaboré, deux commissions doivent maintenant être mises en place : une commission pour l’élaboration du projet de loi pour la réorganisation de l’architecture de sécurité nationale et une commission de finalisation de la stratégie de sécurité nationale.

Le défi est considérable. Trois ans après, le suivi des recommandations du Forum national est essentiel mais la question se pose de l’institution ou de la structure qui en aura la prérogative, ainsi que des moyens alloués à cet objectif. La rhétorique de l’urgence est toujours plus pressante, et parfois risque de gripper les rouages de la réforme plutôt que de jouer un effet de traction. A la question de la priorisation des efforts, entre clarification des politiques et efficacité opérationnelle, la réponse réside dans le rapport que la population entretient avec ses FDS, et qui est essentielle à la résolution du conflit et au contrat social. Celui-ci transcende l’acception restrictive centrée sur la sécurité de l’Etat pour intégrer la responsabilité de protéger les citoyens, de satisfaire les besoins fondamentaux et de promouvoir le développement comme exigence d’une sécurité humaine durable, tel que défini dans le cadre du brillant travail de réflexion stratégique et conceptuelle accompli par les esprits mobilisés.

Soyez le premier à ajouter un commentaire!