Comment être un bon conseiller en RSS en travaillant avec des acteurs nationaux?

by Gordon Hughes · July 27th, 2011.

Au cours de ces 15 dernières années, j’ai travaillé dans de nombreux pays, principalement africains, en tant que conseiller auprès de ministres, de hauts fonctionnaires et de chefs de la défense. Mon travail consistait à développer l'infrastructure nationale, transformer la défense, prévenir des conflits, ainsi que diverses autres initiatives de RSS.

Lorsque j’ai commencé à travailler en tant que conseiller, j’ai rapidement réalisé que, pour être efficace (et survivre), je devrais construire des relations et réseaux, et en même temps relever les défis liés aux évolutions des programmes dans des contextes politiques et culturels sensibles. Ainsi, les conseils donnés ici sont issus de mon expérience personnelle, un ensemble de bonnes pratiques afin que les nouveaux conseillers sur le terrain qui ne savent pas par où commencer, aient une meilleure idée des défis les plus couramment rencontrés !

Les conseils ci-dessous sont développés dans la note explicative de l’ISSAT intitulée « La mise en oeuvre des programmes: le conseiller en RSS».

  1. Apprenez à connaître votre principal homologue national et vos interlocuteurs, tant sur le plan personnel que professionnel. Il s’agit de construire une relation de confiance à chaque occasion.
  2. Tenter de trouver des solutions et des options plutôt que des problèmes et des obstacles. Devenez une source précieuse d'expérience, d'expertise et de connaissance.
  3. Passez les premières semaines et les premiers mois de votre mission à créer des réseaux de façon proactive. Puis étendez vos réseaux.
  4. Ne cherchez pas la renommée ou à être au centre de l’attention, mais choisissez de promouvoir le succès de vos homologues nationaux.
  5. Donnez des conseils dans un contexte favorable et au niveau décisionnel approprié. Cherchez à être cohérent et garder la confidentialité.
  6. Soyez sensible à la culture et aux traditions. Ecoutez attentivement. Ceci peut vouloir dire que vous n’offrez pas vos conseils durant les premiers mois de votre mission.  
  7. Faites ce qui est juste pour votre gouvernement hôte et prenez garde de ne pas répondre trop rapidement à l'appel de votre propre gouvernement pour des résultats rapides.
  8. Soyez flexible. Identifiez et répondez aux nouvelles fenêtres d’opportunités.
  9. Rapprochez-vous du lieu de la prise de décision. Partagez si possible cet espace avec votre   homologue national.
  10. Entretenir une continuité dans la prestation des conseils. Un changement de position rapide des conseilleurs peut conduire à une lassitude face aux conseils de la part les acteurs nationaux. Concernant la durée des missions, le plus long est toujours le mieux. Le minimum devrait être d’un an; l’idéal serait deux ans.  
Soyez le premier à ajouter un commentaire!