Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP)

Créé à Bruxelles en 1979, le GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité) s’est développé dans un contexte particulier, celui de la Guerre froide. Très logiquement, les premiers travaux ont porté sur les rapports de force Est-Ouest et, durant les années 80, le GRIP s’est surtout fait connaître par ses Analyses et dossiers d’information concernant la course aux armements, ses mécanismes, les intérêts en jeu…
Après la chute du mur de Berlin en 1989, le paysage géostratégique a considérablement changé. Nos centres de réflexion aussi. Le GRIP se penche désormais davantage sur les questions de sécurité dans le sens le plus large en étudiant notamment la prévention, la gestion et la résolution des conflits, surtout dans les pays en développement (et en particulier l’Afrique subsaharienne). Deux des aspects sur lesquels s’est spécialisé le GRIP concernent la prolifération des armes légères et le contrôle des transferts d’armes. Toutefois, des sujets moins classiques font aussi l’objet d’une attention nouvelle : les conflits «verts», le rôle des médias et de la science, la mondialisation, l’humanitaire pour ne citer que les plus récents.
Le GRIP continue également à étudier le rôle de l’Union européenne en matière de défense et de sécurité, ainsi que la production d’armements, les doctrines et les programmes militaires, et l’évolution des institutions internationales (ONU, OSCE, OTAN).
En 1990, le Secrétaire Général de l’ONU, Javier Pérez de Cuéllar a désigné le GRIP «Messager de la Paix» en reconnaissance de «sa contribution précieuse à l’action menée en faveur de la paix».

Bruxelles
No programmes have been added yet.
No support mandates have been added yet.

Directeur.trice du GRIP

Location: Bruxelles, Belgium
Application Contact: (pierre.grega@drisconsult.eu )
Application Deadline: 20/02/2020 12:00

En tant que directeur.trice, vous êtes le visage du GRIP qui met en avant ses forces et ses objectifs. Vous avez une approche stratégique et vous êtes capable de développer une vision organisationnelle claire et des partenariats stimulant avec d'autres acteurs du secteur. Vous prenez des positions claires et garantissez une concertation permanente et fructueuse avec les autorités compétentes. Votre capacité de persuasion diplomatique est un atout pour la conduite des négociations, de lobbying et de plaidoyer. En tant que leader d'opinion, vous êtes un.e bon.ne communicateur.trice et un.e porte-parole convaincant de l’organisation. Grâce à votre attitude axée sur les résultats, vous savez comment concrétiser, avec votre équipe, les visions et stratégies en réalisations concrètes de qualité.

Vacancy

Tools

Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2016

Ce Compendium 2016, publié par le Groupe de Recherche et d'Information sur la Paix et la Sécurité, annule et remplace toutes les données contenues dans les versions antérieures. Il est une analyse condensée des tendances en matière de  dépenses militaires, de production et de commerce des armes. Il propose des faits  et des statistiques de base directement exploitables par le lecteur et régulièrement  mis à jour sur le site Internet du GRIP. Pour le lecteur qui souhaite approfondir une  thématique, il est également un outil précieux qui facilitera l’accès et la compréhension des bases de données plus complètes du SIPRI ou d’autres organisations.

Pour accéder à  Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2016, veuillez cliquer sur le lien.

Tool

Policy and Research Papers

Ammunition controls, the ATT, and Africa: Challenges, Requirements, and Scope for Action

There is no consensus on whether ammunition should be included in the scope of the international Arms Trade Treaty (ATT). Most states support its inclusion and point towards the negative impact of irresponsible and poorly controlled transfers of ammunition. The insecurity and tremendous human suffering associated with such transfers in the context of armed violence in Africa are a case in point.
 
 A few states, however, oppose the inclusion of ammunition in the ATT and argue that controlling international ammunition transfers would be unfeasible and highly cost-intensive. This report discusses the challenges of ammunition controls in Africa against the background of the international discussions on the ATT. It demonstrates that concerns regarding ammunition-inclusion in the ATT are unfounded. It also argues that complementary action will be required by African stakeholders and their international partners to strengthen ammunition controls in the region.
 
 Holger Anders is a consultant on arms control with several years of work experience in sub-Saharan Africa, including as expert monitoring the implementation of a UN arms embargo. He holds post-graduate degrees in peace studies and international relations and has published and presented widely at global and regional levels in Europe and Africa on the scope for action to combat illicit trafficking of arms and ammunition.

Paper

Ammunition Stockpile Management in Africa: Challenges and scope for action

The improper management of conventional ammunition and explosives poses significant safety and security risks. Frequent ammunition depot explosions and diversions from ammunition stocks of state actors testify to the relevance of the issue to Africa. Overcoming challenges to effective national ammunition management can be a formidable task in itself. This paper considers the challenges to and scope for action on ammunition management in Africa. It is argued that concerted efforts by African states and their international partners will be essential to effectively limiting risks of undesirable explosive events and ammunition diversions on the continent.

Paper

Arms Brokering Controls and how they are implemented in the European Union

The fight against illegal arms transfers requires regulation and an effective monitoring of arms brokers. Their business primarily consists of facilitating and arranging transactions in exchange for compensation or material recompense. Indeed some of them manage to circumvent existing controls by exploiting different national regulations or conducting their activities from countries where controls are weak or non-existent.

In 2003 the EU member states took an important initiative by setting a harmonized system of control of arms brokers. With the adoption of a European Common Position they introduced controls on brokering activities taking place on their territories. Yet, six years later, all EU member states still have no legislation on arms brokering, while others need to adapt their national legislation to EU standards. Furthermore this European instrument reflects minimum standards which currently appear insufficient to effectively fight against ill disposed brokers.

This report reviews the extent to which EU member states implement the Common Position on arms brokering and suggests some improvements for a better control on brokering activities and an effective fight against illegal arms transfers. One section of the report also considers a major gap in the national regulations: extraterritorial controls on brokering activities. Finally, the report presents the case study of the Belgian legislation on arms brokering.

Paper

Controlling Arms Brokering: Next Steps for EU Member States

One of the key weaknesses in controls on the international arms trade is the absence or penury of national regulations on arms brokering activities. At present, only about sixteen countries in the world are known to control the activities of those negotiating, arranging or otherwise facilitating arms transfers between buyers and sellers. Moreover, unscrupulous brokers have demonstrated their ability to circumvent existing controls by exploiting differences in national approaches, or by simply conducting their activities from another country with lax or no controls at all. This weak link in arms control allows unscrupulous brokers to engage with impunity in undesirable or illicit activities such as arranging arms transfers to embargoed governments or non-state actors.

An important regional initiative to counter this phenomenon is the  EU Common Position on the Control of Arms Brokering. Under this instrument, EU member states have committed themselves to establishing a clear legal framework for brokering activities taking place within their territory. By creating common standards, the EU Common Position thus represents a significant step forward. However, there remain concerns that these standards still fall short of what is required to effectively combat undesirable or illicit brokering activities.

The first part of this report identifies key issues in this respect and suggests concrete measures governments should consider when deciding on what controls they deem appropriate. The second part of this report presents an overview of already existing or planned brokering controls in certain EU member states. The report concludes that despite the progress presented by the EU Common Position, there are still shortcomings regarding the controls that would seem necessary for effectively combating unscrupulous brokers and their activities. Where appropriate, governments of EU member states should therefore individually be encouraged to ensure that their national approach fully addresses arms brokering. This would also facilitate possible future efforts on the level of the EU to further strengthen common commitments. In turn, such further efforts to counter undesirable brokering will be required to strengthen member states’ abilities to combat and prevent illicit arms transfers.

Paper

Regulating Arms Brokering: Taking Stock and Moving Forward the United Nations Process

The problem of lacking or inconsistent regulations on arms brokering is painstakingly clear. Arms brokers are central in many illicit arms transfers, including transfers to conflict regions, embargoed actors, and serious human rights abusers. In the United Nations Programme of Action on SALW (UN PoA) of 2001, States specifically committed to develop adequate national legislation and common understandings on arms brokering. This report reviews progress made around the control of brokering.

It shows that a growing number of states have established legislation on arms brokering, or will do so. Comparing domestic norms and multilateral standards reveals that there is a large degree of convergence on key regulatory principles and measures, a good foundation for developing global minimal standards on brokering controls. The UNGA in October/November 2005 provides an opportunity for strengthening the international commitment to enhancing cooperation in combating illicit SALW brokering. Further efforts in this regard remain crucial, in particular in order to eliminate the loopholes and inconsistencies which allow brokering activities to take place with relative ease and impunity.

It is therefore urgent that the UN establish, at a minimum, a Group of Governmental Experts (GGE) on Brokering, mandated to consider the feasibility of an international instrument and to identify the elements required for effective national brokering controls. The mandate should also consider controls on transportation and financial services related to arms brokering. Complementary standards on SALW control should also be developed in conformity with commitments undertaken with the UN PoA, including the development of minimal standards on end-user certificates and of adequate licensing to decide on arms exports and brokering activities.

Paper

Flux Commerciaux et Contrôles des Transferts de Munitions Pour Armes Légères en Afrique

Le développement de contrôles spécifiques dans le cadre de la lutte contre le commerce illégal de munitions pour armes légères et de petit calibre a suscité un grand intérêt parmi les Etats, comme en témoignent les récents débats menés sur cette matière à l'échelon international. Le présent article comprend des informations contextuelles sur le commerce de munitions et sur les normes de contrôle existantes en Afrique, une des régions les plus touchées par la prolifération et l'utilisation illégale d'armes légères et de petit calibre et de leurs munitions.

Le chapitre qui suit étudie la problématique générale des contrôles de munitions pour armes légères et de petit calibre. Il est suivi par un aperçu des sources et transferts officiels autorisés de munitions pour armes de petit calibre à destination et en provenance de l'Afrique, ainsi qu'à l'intérieur de l’Afrique.

Les chapitres suivants sont dédiés aux normes de contrôle multilatérales valables qui existent en Afrique et décrivent les défis que l’Afrique devra encore relever pour instaurer des contrôles fiables des munitions. D'aucuns avancent qu'il existe de bonnes bases pour le développement de contrôles adéquats en Afrique. Pourtant, des efforts supplémentaires seront indispensables pour lutter efficacement contre les conséquences désastreuses de la prolifération et de l'utilisation illégale de munitions pour armes légères et de petit calibre ...

Paper

Contrôles des Stocks de Munitions: Des Avancées à l’Echelle Mondiale

Le contrôle des munitions est une question qui a été longtemps négligée dans les forums internationaux. Toutefois certains progrès ont récemment été accomplis au sein des Nations unies. En juillet 2008, un Groupe d'experts gouvernementaux de l'ONU a rendu compte des problèmes résultant des stocks de munitions excédentaires. Les recommandations du Groupe en faveur d’un élargissement de l’action aux niveaux national, régional, et global ont été approuvées par l'Assemblée générale de l'ONU dans le cadre d’une résolution passée en décembre 2008. Les mesures prises à l'ONU sont susceptibles d'apporter une contribution pratique importante à l’élaboration de meilleurs contrôles des stocks de munitions.

Paper

Managing land borders and the trafficking of Small Arms and Light Weapons

Malgré le peu d’attention qui lui a jusqu’ici été accordée, le rôle crucial d’une gestion efficace des frontièes dans la réduction du trafic illicite des armes légères et de petit calibre (ALPC) et leurs munitions a été réaffirmé lors de la quatrième Réunion biennale des États sur le Programme d’action des Nations unies sur les armes légères. Même si des évolutions récentes semblent réduire leur pertinence physique, les frontières demeurent centrales à la compréhension de la souveraineté d’un État, et leur gestion, à l’implication de celui-ci dans la protection de sa population. Le discours sécuritaire des États regorge en effet de menaces définies en termes « frontaliers » ou « transnationaux ».

Une gestion efficace et coordonnée des frontières terrestres qui permette de juguler le trafic illicite des ALPC nécessite, dans un premier temps, la compréhension et la prise en compte des dynamiques en jeu dans les zones frontalières en termes de demande en armes, d’intensité et du sens des trafics entre pays limitrophes. En effet, l’existence de liens entre le trafic transfrontalier des ALPC et d’autres trafics illéaux utilisant souvent les mêmes routes d’acheminement ; la présence de communautés transfrontalières dont le degré de coopération avec l’État peut varier selon les réalités ethniques et sociales de la région ; la géographique physique de certaines régions fron éloignées et difficilement accessibles ou encore la spécificité du « commerce de fourmi », un trafic à petite éhelle à travers les frontières terrestres sont autant de facteurs qui peuvent avoir un impact sur la possibilité et l’efficacité des mécanismes de gestion des frontières.

Paper

United Nations Police Evolution: Present Capacity and Future Tasks

United Nations policing in the context of peace operations evolved rapidly during the 1990s after three decades of serving as a minor adjunct to the principal, military, purposes of UN peacekeeping. After the end of the Cold War, UN policing became a recognized component of operations, but lacked doctrine, administrative structure, quality assurance in recruitment or adequate training. Each is being addressed with some urgency at present, as UN police deployments head toward 15,000 officers. Although Headquarters police support capacity has grown, the United Nations still has proportionately far fewer people at Headquarters supporting deployed personnel than do developed states, such as Australia, that deploy international police contingents. The objectives of UN police operations meanwhile remain a matter of debate: to stabilize post-conflict public security while others rebuild local police capacity or to engage actively in capacity-building and associated institutional reform.

UN police support programs need to partner with development institutions that can offer the budget support for local infrastructure, equipment, and salaries that UN peacekeeping budgets cannot fund. UN programs also may need to take more account of extensive “informal” justice and security institutions in many of the post-conflict states where they work.

To view this publication, please follow this link.

Paper

Gouvernance, Rébellions Armées et Déficit Sécuritaire en RCA - Comprendre les Crises centrafricaines (2003-2013)

L’histoire de la République centrafricaine se confond avec celle des régimes militaires qui ont imprimé leur marque dans ce pays au cœur de l’Afrique. En décembre 2012, la rébellion Séléka a occupé la moitié nord du pays, mettant en déroute l’armée régulière. Le succès de cette offensive nous pousse à nous interroger sur les causes de l’instabilité sociopolitique dans ce pays et à dégager quelques perspectives au regard de l’Accord de Libreville du 11 janvier 2013.

Paper

La Réforme du Secteur de la Securité en la République Centrafricaine: Quelques Réflexions sur la Contribution Belge à une Expérience Originale

Du 14 au 17 avril 2008, la République centrafricaine a connu un événement qui a été qualifié d’historique par ses participants, la tenue d’un séminaire national sur la réforme du secteur de la sécurité. Pour la première fois de son histoire, le pays a en effet vibré au rythme d’une discussion et d’une analyse fouillée sur un sujet des plus sensibles dans un contexte de sortie de conflit récent : celui du secteur de sa sécurité, et des réformes qu’il requiert à court, moyen et long termes.

Pour lire la suite de ce dossier, veuillez cliquer ici.

Paper

La Décentralisation en RD Congo: Enjeux et Défis

Plus d’une décennie de conflits incessants, des millions de victimes, un état déliquescent, une partition territoriale de fait… Devant un tableau aussi sombre, peu auraient parié, il y a cinq ans, sur la possibilité d’initier un processus de pacification régionale et de reconstruction de l’état congolais. En dépit de redoutables difficultés, depuis la signature à Sun City, le 2 avril 2003, de l’Acte final du dialogue intercongolais, le Congo n’a pourtant cessé d’avancer dans la bonne direction. Bon an mal an, avec le soutien de l’ONU et des bailleurs de fonds internationaux, les Congolais ont traversé avec succès le parcours d’obstacles qui débuta par une longue et périlleuse phase de transition pour s’achever par l’organisation des élections législatives et présidentielles en 2006. Entre-temps, une nouvelle constitution avait été adoptée qui modifiait profondément les structures de la République démocratique du Congo (RDC). Le choix du constituant congolais en faveur d’un état fortement décentralisé constitue à cet égard une évolution décisive de l’organisation politique et administrative de la RDC. Cette orientation institutionnelle – qui transforme la RDC en un état fédéral qui ne dit pas son nom – résulte autant de considérations pragmatiques que d’un rapport de force politique entre « centralisateurs » et « décentralisateurs ». Quoi qu’il en soit, l’état des institutions publiques congolaises interdit de raisonner en terme de réforme de l’état. La tâche à laquelle s’attèlent les acteurs politiques de la RDC consiste plutôt à la reconstruction par le bas de fonctions étatiques qui avaient, pour l’essentiel, disparu depuis longtemps. L’importance des enjeux ne laisse pas d’autre choix aux Congolais que de réussir ce défi. Certains indices laissent penser qu’une prise de conscience est en cours. Il n’en demeure pas moins que les risques sont à la hauteur des enjeux. Ce rapport s’efforce de synthétiser les uns et les autres, sans oublier de poser la question de l’adaptation des partenaires internationaux de la RDC – Belgique en tête – à la nouvelle architecture institutionnelle congolaise.

Pour lire la suite de ce dossier, veuillez cliquer ici.

Paper

L’UE et des Etats membres au Sahel :Quelle présence et quels modes d’action ?

Les préoccupations sécuritaires et l’urgence d’engager une véritable dynamique de développement ont conduit une poignée d’États européens à accroître leur présence et à inciter l’UE à agir en mobilisant unlarge éventails d’outils. Mais quel est le model à suivre?

L'article ce trouve sur le site du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP). Pour y accéder, cliquez ici.

Paper

Le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs : Un outil au service de la gouvernance

Le  MAEP est un instrument, au rayonnement continental, établi par et pour les États africains.  Il est destiné à évaluer les pratiques des États en matière de gouvernance, dans quatre domaines : la démocratie et la gouvernance politique, la gouvernance et la gestion économiques, la gouvernance d’entreprise et le développement socio-économique.

Cet article ce trouve sur le site du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité. Pour y accéder, cliquez ici.

Paper

Fin de la mission EUPOL RD Congo: quelles perspectives sécuritaires à l’approche des élections?

La mission EUPOL RD Congo est arrivée à son terme en décembre 2014. Un mois plus tard, des manifestations à Kinshasa ont été violemment réprimées par les forces de l’ordre et ont mis en exergue les lacunes et les dysfonctionnements persistants de celles-ci. La présente note publiée par le GRIP a pour double objectif de dresser un bilan de la mission EUPOL, en discutant notamment son caractère stratégique à la fois pour l’Union européenne et pour la RDC, et de dégager les perspectives sécuritaires dans un contexte pré-électoral tendu.

Pour plus d'informations et pour télécharger l'article, cliquez ici.

Paper

Burundi: les conséquences d'un coup Etat manqué

Le putsch avorté du 13 mai dernier est intervenu après plus de deux semaines de manifestations dans les rues de Bujumbura et de violences policières qui ont fait plusieurs dizaines de victimes depuis l’annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat. L’absence du président, qui se trouvait en Tanzanie pour assister à un sommet régional des chefs d’État sur la situation de son pays, était propice à un coup de force. 

Téléchargez le document ici.

Paper

Rapport annuel GRIP 2014

Le GRIP défend depuis plus de 35 ans la vision d’une paix mondiale assurée par le désarmement, la prévention des conflits et, lorsqu’ils surviennent, leur résolution pacifique privilégiant les instruments politiques et diplomatiques. Contribuer à faire de cette vision idéaliste une réalité nécessite de mieux comprendre et analyser les nombreux éléments de conflictualité récurrents dans le monde.

Le partage des ressources, les disputes territoriales et maritimes, les ques­tions foncières, les changements climatiques, les déplacements de populations et l’immigration massive sont autant d’enjeux qui conduisent souvent à prendre les armes. Ces conflits sont ensuite alimentés par l’insuffisance des contrôles sur la production et le commerce des armements, leur prolifération, ainsi que par des niveaux de dépenses militaires qui détournent les ressources économiques nécessaires au développement et à la construction de la paix.

Ces questions sont au cœur des recherches et des actions du GRIP. Par ses nombreuses études et conférences, enrichies par des missions d’enquête fréquentes – principalement en Afrique et en Asie du Sud-Est – le GRIP participe à la construction de la paix en apportant un éclairage différent aux citoyens et aux décideurs.

Vous trouverez ici le rapport annuel 2014 de l'organisation.

Paper

Groupes armés au Katanga, épicentre de multiples conflits

En passe de connaître une dissolution administrative, le Katanga, province la plus méridionale de la Réplique Démocratique du Congo, présente de nombreuses caractéristiques qui contribuent à expliquer l’apparition de certains groupes armés. Ce rapport du GRIP, publié en juin 2015, retrace les causes et conséquences des différents conflits entre groupes armés de la région, tels que la mouvance des Kata Katanga ou les Maï-Maï de Yakutumba. Cette étude a été réalisée avec le concours de collaborateurs locaux de la société civile congolaise.

Pour plus d'informations et pour télécharger le rapport, rendez vous ici.

Paper

Burundi: quel avenir pour les acquis d’Arusha?

Alors que le processus électoral de 2015 promettait d’être un test pour la consolidation de la démocratie burundaise, la situation de crise actuelle fait craindre une déshérence des principes issus de l’accord d’Arusha. Ce dernier avait posé les jalons d’une sortie de la guerre civile, par la mise en place d’un modèle consociatif de partage du pouvoir. Censé garantir la paix par le dépassement des antagonismes, ce modèle est aujourd’hui menacé par les dégradations intervenues ces dernières années et l’impasse politique actuelle née de la nouvelle candidature de Pierre Nkurunziza à la présidence du pays. Agathe Plauchut explore les limites des acquis d'Arushi dans cette note d'analyse du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP). 

Paper

Contrôle des transferts d'armes en Afrique subsaharienne: leçons pour la mise en oeuvre du Traité sur le commerce des armes (TCA)

Cette Note d'Analyse présente les principales conclusions et recommandations d'une étude menée dans dix pays d'Afrique francophone en vue d'identifier les défis posés par la mise en oeuvre du Traité sur le commerce des armes (TCA). Elle fait le point sur les forces et les faiblesses des systèmes de contrôle des transferts d'armes de ces pays et souligne les éléments de contexte essentiels. Enfin, elle recommande des stratégies pour renforcer ces systèmes grâce à des mécanismes de coopération et d'assistance internationales. 

Lire l'article en ligne sur le site du GRIP. 

Paper

Le Burkina Faso et son armée mis au pas par le Régiment de sécurité présidentielle?

Depuis la chute de Blaise Compaoré le 31 octobre 2014 à la suite d’une révolte populaire, le Burkina Faso traverse une période politique turbulente, secouée par quatre tentatives du RSP de mettre fin à la transition. Cette fois en effet, le RSP est parvenu à perpétrer un coup d’État, mais il n’est pas sûr qu’il réussisse à mettre fin à ce régime. Si elle semble atypique, cette situation ne l’est pas vraiment si on se replace dans le contexte de l'évolution politique de ce pays depuis son indépendance.

Article complet: Le Burkina Faso et son armée mis au pas par le Régiment de sécurité présidentielle?

Paper

La Tunisie : une exception menacée

La Tunisie fait office d’exception au sein d’un environnement régional en pleine décomposition. Près de cinq ans après sa révolution, elle dispose d’une Constitution progressiste émanant de compromis inédits entre des forces politiques aux intérêts finalement conciliables. En hommage au chemin parcouru depuis plus deux ans, quatre institutions issues de la société civile tunisienne viennent de recevoir le prix Nobel de la paix. Cette distinction hautement symbolique, saluant le travail d’un quartet hétéroclite érigé sur fond de crise politique, récompense le dialogue tunisien. Le pays doit cependant encore faire face à des obstacles majeurs. Il subit les répercussions du vide sécuritaire libyen et les manœuvres géopolitiques opaques de puissances régionales aux intérêts divergents. Quant au terrorisme, il gangrène son économie et tente de saper son élan démocratique.

Lien vers le document: La Tunisie : une exception menacée

Paper

Mali: quels chantiers, quelles avancées?

Vendredi 20 novembre, des hommes armés attaquaient l’hôtel Radisson Blu à Bamako. Revendiqué successivement par Al-Mourabitoune et Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), puis par le Front de libération du Macina en coopération avec Ansar Eddine, cet attentat fait directement écho à l’évolution des groupes djihadistes et de leurs modes d’action depuis plusieurs mois. Par-delà toutefois cette actualité et les seules problématiques sécuritaires, cette note revient sur la situation générale dans le pays et les avancées réalisées depuis l’élection d’Ibrahim Boubacar Keita à la tête de l’État malien en août 2013. Plus précisément, outre la mise en œuvre de l’accord de paix signé en juin 2015, quatre chantiers sont abordés : la sécurité, le développement, les fractures internes et l’État. 

Document disponible ici: Mali: quels chantiers, quelles avancées?

Paper

Les transferts d’armements de la Région wallonne en 2014. Synthèse du rapport annuel

L’année 2014 a vu les exportations wallonnes exploser et atteindre un nouveau record sur les dix dernières années, tandis que l’Arabie saoudite maintient sa place de client privilégié de la Région. Cet Éclairage fait une synthèse des principales informations sur les licences octroyées par le gouvernement wallon en 2014, ainsi que les destinations des armements produits en Wallonie.En 2014, le montant total des licences d'exportations approuvées par le gouvernement wallon a atteint 4 306 299 198 EUR, soit une augmentation de 838 % par rapport à 2013 et un total plus de quatre fois supérieur au précédent pic de 2009. Il s’agit d’une nette rupture par rapport à la moyenne de la période 2004-2013. À elle seule, la valeur des licences accordées en 2014 représentent près de la moitié (42 %) du total de la valeur des licences accordées entre 2003 et 2014 . Seules trois licences d'exportations ont été refusées en 2014, portant sur trois destinations différentes à savoir le Kosovo, la Turquie et le Venezuela.Quelque 444 licences d'importations ont été octroyées en 2014 pour un montant de 109 269 724 EUR, ainsi que 30 licences de transit représentant un total de 92 941 346 EUR. Aucune demande de licence d'importation ou de transit n'a fait l'objet d'un refus en 2014.

Document disponible ici: Les transferts d’armements de la Région wallonne en 2014. Synthèse du rapport annuel

Paper

Dépenses militaires en Asie orientale : conflits territoriaux et risques de dérapage

Depuis 1997, la montée en puissance chinoise a amené le niveau des dépenses militaires en Asie orientale à un niveau record, et tous les pays de la région ont beaucoup investi dans leurs marines respectives. Dans un contexte marqué par les tensions politiques et les disputes territoriales, ces dépenses posent-elles un risque pour la stabilité régionale ? Cette note délimite certaines composantes clés d’une ruée généralisée vers le domaine maritime en Asie orientale, et en conclut que les disputes territoriales ne font pas qu’élargir les limites du dilemme de sécurité régional ; elles en restructurent les termes sur une base plus volatile que jamais.  

Document disponible ici: Dépenses militaires en Asie orientale : conflits territoriaux et risques de dérapage

Paper

Armes et diplomatie en Ukraine à l’ombre de la crise syrienne

Faut-il envoyer des armes en Ukraine, pour soutenir les autorités de Kiev face aux rebelles séparatistes pro-russes du Donbass, et donc face à la Russie? Depuis que l’Est ukrainien a sombré dans la guerre, les pays occidentaux divergent sur cette question. Le débat, alimenté par des concepts ambigus tels que celui d’«armes non létales» ou d’«armes létales défensives», apparait ainsi comme confus. Cette Note d’Analyse a pour objectif de faire le point sur ce qui est dit et ce qui est fait dans le cadre de ce dossier épineux, que la crise syrienne aura rendu encore plus compliqué.

Document disponible ici: Armes et diplomatie en Ukraine à l’ombre de la crise syrienne

Paper

L’industrie de défense indonésienne : la clef de la puissance ?

Depuis 2010, le gouvernement indonésien s’est engagé dans une ambitieuse stratégie de « revitalisation » et de développement de son industrie de défense. Entre optimisme économique, opportunités et contraintes politiques, enjeux stratégiques et défis opérationnels, la montée en gamme de l’industrie de défense indonésienne pose de nombreuses questions. Au travers du développement de l’industrie de l’armement, c’est toute la complexité de l’ "émergence" d’un pays et des stratégies d’influence de ses leaders qui s’impose. Cette Note fournit une introduction à une problématique multiple, dont les moteurs et lignes de fuite s’avèreront déterminants pour non seulement le comportement de l’Indonésie dans le commerce mondial des armements, mais aussi la stabilité en Asie-Pacifique.

Paper

La République démocratique du Congo vit-elle un scénario à la burkinabé?

La situation s'est brutalement tendue en République démocratique du Congo, où les manoeuvres du gouvernement en vue des prochaines élections présidentielles faisaient débat depuis plusieurs mois. Joseph Kabila, au pouvoir en RDC depuis l'assassinat de son père en 2001, a été élu en 2006 et 2011. Tandis que les élections de 2006 avaient mobilisé une très forte attention internationale et avaient notamment reçu un soutien très actif, financier et humain, de la part de l'Union européenne, les élections de 2011 avaient été entachées de davantage d'irrégularités.

Le second mandat du président Kabila arrivant au terme que lui fixe la Constitution l'année prochaine, des élections présidentielles devraient avoir lieu, auxquelles il ne devrait pas pouvoir se présenter. La Constitution établit en effet une limite de deux mandats présidentiels consécutifs. Les spéculations vont donc bon train depuis plusieurs mois autour d'une potentielle réforme de la Constitution par la majorité u
président Kabila afin de permettre le maintien au pouvoir de ce dernier.

Paper

Insécurité Maritime dans le Golfe de Guinée : Vers une Stratégie Régionale Intégrée ?

L’insécurité maritime se confirme comme l’une des menaces persistantes à la stabilité des États riverains du golfe de Guinée. En dépit d’une prise de conscience croissante et de la volonté politique d’y faire face, l’augmentation rapide des actes de piraterie a pris de court plusieurs pays de la région. L’absence d’un dispositif commun, relativement complet, de surveillance et de lutte contre la piraterie, limite encore la portée des initiatives prises par certains États, et qui ne couvrent pas l’ensemble de la région du golfe de Guinée. Une stratégie à long terme passe par la mutualisation des moyens, et par la coopération entre les trois organisations régionales, la CEEAC, la CEDEAO et la Commission du golfe de Guinée, ainsi que par l’implication d’autres acteurs du secteur maritime concernés par la lutte contre la piraterie dans la région.

Veuillez suivre ce lien sur l'Insécurité Maritime dans le Golfe de Guinée :  Vers une Stratégie Régionale Intégrée afin de lire la publication.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest | Juillet à septembre 2015

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, est réalisé dans le cadre d’un projet intitulé "Contribution à l’amélioration de la sécurité humaine, à la prévention des conflits et au renforcement de l’état de droit en Afrique sub-saharienne". Il a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Lien vers le document: Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l'Ouest 

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest | Janvier à mars 2015

Publié par le GRIP depuis 2011, ce monitoring trimestriel a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l'Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se pense sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Paper

Dépenses militaires et importations d’armes dans cinq États ouest-africains

Capture1

La présente note publiée par le Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité (GRIP) est consacrée à l’évolution des dépenses militaires et aux achats d’armes de la dernière décennie de cinq pays francophones d’Afrique de l’Ouest : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Sénégal. Aucun de ces pays ne peut être considéré comme une grande puissance, mais la plupart d’entre eux ont récemment choisi la voie d’un net renforcement de leur potentiel militaire, apparemment en riposte aux menaces terroristes et sécessionnistes qui secouent la sous-région. Sans trancher sur le bien-fondé d’une réponse militaire à ce type de menaces, la note tente de fournir un éclairage sur la quantité de ressources affectées à la défense et la sécurité, en les comparant dans la durée et au regard des dépenses affectées aux besoins sociaux des populations de ces pays.

Pour accéder à la note Dépenses militaires et importations d’armes dans cinq États ouest-africains, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

L’Ukraine : une nouvelle source pour le trafic d’armes

GRIP UKRAINE

Cet éclairage du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP) par Jacqmin Denis explore les aspects sous-jacents au trafic d'armes en provenance de l'Ukraine. L'auteur touche ainsi à l'histoire récente du pays, notamment la période trouble suivant la dissolution de l'URSS, et au conflit qui a débuté en 2014. Le problème de la corruption est ensuite évoqué, avant de détailler certaines conséquences du trafic d'armes à l'échelle régionale.

Pour accéder à l'éclairage L’Ukraine : une nouvelle source pour le trafic d’armes du GRIP, veuillez suivre le lien.

Paper

Résumé du SIPRI Yearbook 2016 - Armements, désarmement et sécurité internationale

Sipri yearbook

Ce rapport est le résumé en français du SIPRI Yearbook 2016 (892 pages), un annuaire prisé dans le monde entier par les politiciens, les diplomates, les journalistes, les académiques, les étudiants et les citoyens, comme une source fiable et indépendante de données et d’analyses sur l’armement, le désarmement et la sécurité internationale.Il propose un aperçu des évolutions dans les domaines de la sécurité internationale, des armes et de la technologie, des dépenses militaires, du commerce et de la production des armes, des conflits armés et des inititiatives de contrôle des armes classiques, nucléaires, chimiques et biologiques.

Cette brochure est le résumé de la 47e édition de l’Annuaire.

Pour accéder au document, veuillez suivre le lien suivant: Résumé du SIPRI Yearbook 2016 - Armements, désarmement et sécurité internationale

Paper

Côte d’Ivoire, la voie étroite vers la réconciliation

Capture1

Le Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP) publie une note d'analyse de Daniel Lopes, chercheur associé. La note porte sur la réconciliation en Côte d'Ivoire, défi que le président Alassane Ouattara, réélu en octobre 2015, a affirmé vouloir relever. La stabilisation du jeu politique semble être une étape vers cet objectif, de même que surmonter la question du foncier et son impact sur la cohésion sociale. Enfin, il s'agit aussi selon l'auteur de mettre fin à la perception d'une « justice des vainqueurs » qui ne viserait que les perdants politiques. 

Pour accéder à la note d'analyse Côte d’Ivoire, la voie étroite vers la réconciliation, veuillez suivre le lien.

Paper

Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2016

Ce Compendium 2016, publié par le Groupe de Recherche et d'Information sur la Paix et la Sécurité, annule et remplace toutes les données contenues dans les versions antérieures. Il est une analyse condensée des tendances en matière de  dépenses militaires, de production et de commerce des armes. Il propose des faits  et des statistiques de base directement exploitables par le lecteur et régulièrement  mis à jour sur le site Internet du GRIP. Pour le lecteur qui souhaite approfondir une  thématique, il est également un outil précieux qui facilitera l’accès et la compréhension des bases de données plus complètes du SIPRI ou d’autres organisations.

Pour accéder à  Dépenses militaires, production et transferts d’armes - Compendium 2016, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

La criminalité environnementale en Afrique de l’Ouest: pratiques et enjeux

Si le thème de la «criminalité environnementale» est désormais au cœur de l’agenda politique international, qu’en est-il spécifiquement en Afrique de l’Ouest? L' objectif de cette note est d’esquisser une cartographie des pratiques et enjeux associés à la criminalité environnementale dans cette région du monde.

Pour un accès à l'analyse complète,   La criminalité environnementale en Afrique de l’Ouest: pratiques et enjeux veuillez suivre le lien.

Paper

La longue marche de l’architecture africaine de sûreté et sécurité maritimes dans le golfe de Guinée

securite maritime

Cet éclairage spécial sur l’insécurité maritime du Golfe de Guinée à été publié dans le numéro spécial du magazine Diplomatie d’octobre 2016, consacré à la sécurité maritime et au développement en Afrique. L’auteur explique les enjeux du sommet de Lomé sur la sécurité Maritime et décrit l’état actuel de l’architecture africaine de sûreté et de sécurité maritimes.

Pour accéder au document, veuillez suivre le lien suivant: La longue marche de l’architecture africaine de sûreté et sécurité maritimes dans le golfe de Guinée

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest : juillet à septembre 2016

securite humaine

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, est réalisé dans le cadre d’un projet intitulé "Contribution à l’amélioration de la sécurité humaine, à la prévention des conflits et au renforcement de l’état de droit en Afrique sub-saharienne", financé par le ministère des Affaires étrangères du Grand-Duché du Luxembourg.

L'objectif étant de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Ce monitoring se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Pour accéder au document, veuillez suivre le lien suivant: Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest : juillet à septembre 2016.

Paper

Climat/environnement : des signaux faibles sur le plan sécuritaire ?

Ce rapport d’étude a pour objectif de comprendre dans quelle mesure le climat et l’environnement peuvent-ils – et ont-ils pu – contribuer à l’émergence des crises violentes. Il interroge donc le potentiel, encore mal compris, des changements climatiques et environnementaux à jouer le rôle de multiplicateur de menaces ou d’amplificateur de risques. Il s’appuie notamment sur trois cas d’étude pour évaluer leurs responsabilités dans le déclenchement de crises passées ou en cours (Syrie, Darfour, Nigéria)

Pour accéder à l'étude Climat/environnement : des signaux faibles sur le plan sécuritaire ?, veuillez suivre le lien. 

Paper

Kasaï: une rébellion de trop pour le pouvoir de la RDC?

Cette note se focalise sur la situation actuelle dans la région du Kasaï où, depuis août 2016, les miliciens du « Kamuina Nsapu » affrontent la Police nationale congolaise (PNC) et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) au Kasaï, dans le centre du pays.

Pour accéder à l'étude Kasaï: une rébellion de trop pour le pouvoir de la RDC?, veuillez suivre le lien.

Paper

Le Fonds fiduciaire d’urgence et son volet Sahel: l’immigration comme nouvel enjeu de sécurité et développement

Cette note vise à cerner les spécificités, les atouts et les éventuels biais de ce nouvel outil de gestion des migrations, à dresser un rapide bilan de sa mise en œuvre et enfin, à revenir sur l’évolution contemporaine de la politique européenne au Sahel.

Pour accéder à l'étude Le Fonds fiduciaire d’urgence et son volet Sahel: l’immigration comme nouvel enjeu de sécurité et développement, veuillez suivre le lien.

Paper

Commerce des armes et responsabilité internationale des États exportateurs

Cette note d’analyse du GRIP vise à examiner la question de la responsabilité légale des États européens qui transfèrent des armes vers d’autres États dans des situations où celles-ci pourraient être utilisées pour commettre de graves violations du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire.

Pour accéder à l'étude Commerce des armes et responsabilité internationale des États exportateurs, veuillez suivre le lien.

Paper

Où en est la recherche européenne en matière de défense?

En 2016, pour la première fois de leur histoire, les institutions européennes ont décidé de financer des actions dans le domaine de la recherche de défense. Il s’agit, pour le GRIP, d’un changement fondamental dans l’approche de l’Union vis-à-vis de la défense européenne. Cela pourrait se révéler un véritable game changer en fonction des modalités qui seront retenues pour définir le montant et les contours du futur programme de recherche de défense européen (EDRP) ainsi que son articulation avec les planifications de défense nationales et la planification de défense européenne qui semble en passe d’émerger. D’importantes autres questions seront également à trancher telles que l’articulation du programme européen avec des programmes capacitaires, ainsi que sa gouvernance d’ensemble. La présente Note d’Analyse, élaborée à partir d’un rapport fait au Parlement européen en mars 2016, dresse un point de situation au printemps 2017. 

Pour accéder à l'analyse Où en est la recherche européenne en matière de défense?, veuillez suivre le lien.

Paper

RDC : les enjeux du redécoupage territorial - Décentralisation, équilibres des pouvoirs, calculs électoraux et risques sécuritaires

Le 9 janvier 2015, le Parlement congolais adoptait la loi relative au redécoupage du pays en 26 provinces, contre 11, initialement. Bien que cette réforme, indispensable dans un pays aux dimensions continentales, figure dans la Constitution de 2006, sa mise en œuvre aura attendu près de dix ans. Elle intervient surtout dans un contexte de tensions politiques, à moins d’une année de la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel du président Joseph Kabila. Cette étude se penche sur les conséquences directes de ces mesures sur le climat politique et sécuritaire perceptible dans le pays.  

Pour accéder à l'étude RDC : les enjeux du redécoupage territorial - Décentralisation, équilibres des pouvoirs, calculs électoraux et risques sécuritaires, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

L’ONU et la lutte contre le commerce illicite des armes légères en 2016

Cette étude revient sur l'action des Nations-Unies dans le cadre de la lutte contre le commerce des armes. En juin 2016, les États parties au Programme d’action sur les armes légères (PoA) se sont réunis une nouvelle fois afin d’évaluer les progrès accomplis en matière de prévention et d’élimination du commerce illicite des armes légères. Il s’agit de la 10e réunion depuis l’adoption du Programme en 2001, il y a quinze ans. Après l’entrée en vigueur du Traité sur le commerce des armes en décembre 2014 et l’adoption en septembre 2015 du Programme de développement durable à l’horizon 2030, 2016 aura été une année de transition et de petites avancées pour le processus des Nations unies sur les armes légères. Sans oublier, à l’horizon 2018, la troisième Conférence d’examen de ce même Programme d’action.

Pour accéder à l'étude L’ONU et la lutte contre le commerce illicite des armes légères en 2016, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l'Ouest (Octobre à décembre 2016)

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, est réalisé dans le cadre d’un projet intitulé « Contribution à l’amélioration de la sécurité humaine, à la prévention des conflits et au renforcement de l’état de droit en Afrique sub-saharienne », financé par le ministère des Affaires étrangères du Grand-Duché du Luxembourg. Il a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Pour accéder à l'étude Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l'Ouest , veuillez cliquer sur le lien.

Paper

Les dépenses militaires et ventes d’armes au Moyen-Orient et le conflit au Yémen

Cet éclairage aborde la question budgets militaires et des dépenses militaires mondiales et au Moyen-Orient ainsi que le controverse autour des capitales occidentales aux ruines du Yémen et le rôle des exportations d’armes dans le conflit au Yémen.

Pour accéder à  Les dépenses militaires et ventes d’armes au Moyen-Orient et le conflit au Yémen, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

Les défis de la société civile au Tchad

Grip tchad osc

Cette note d'analyse du GRIP par Pierre Collet étudie l'hypothèse actuelle d'un éveil de la société civile tchadienne. La note présente ainsi l'évolution des protestations sociales au Tchad lors des deux dernières années, et leur positionnement politique progressif face notamment à une répression policière importante. L'auteur note que malgré une certaine montée en puissance, les organisations de la société civile demeurent fragile et que la mobilisation populaire s'est affaiblie contre un régime qui conserve des ressources en sa faveur.

Pour accéder à la note d'analyse Les défis de la société civile au Tchad, veuillez suivre le lien.

Paper

Le casse-tête des transferts d’armes à la Libye

Grip libye

Cet éclairage du groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP) par Federico Santopinto s'intéresse au commerce des armes vers la Libye. Malgré les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU, le contexte de fragmentation de l'autorité politique et les multiples exceptions à l'embargo sur les armes contre la Libye résultent en une situation d'opacité et d'ambiguïté. Ainsi, connaître les exportations légales d'armements vers le pays est particulièrement difficile.

Pour accéder à l'éclairage Le casse-tête des transferts d’armes à la Libye, veuillez suivre le lien.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest | Janvier à mars 2016

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP (Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité) depuis 2011, est réalisé dans le cadre d’un projet intitulé "Contribution à l’amélioration de la sécurité humaine, à la prévention des conflits et au renforcement de l’état de droit en Afrique sub-saharienne", financé par le ministère des Affaires étrangères du Grand-Duché du Luxembourg.

Il a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Veuillez cliquer sur le lien pour accéder au Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest de janvier à mars 2016.

Paper

«Robots tueurs»: encadrement ou interdiction?

Ce 13 novembre 2017, les Nations unies vont ouvrir des discussions officielles sur la problématique des «robots tueurs», avec la première réunion d’un groupe d’experts dédié à ce sujet. Fin août déjà, une centaine de professionnels du secteur de la robotique et de l’intelligence artificielle, dont Elon Musk, signaient une lettre ouverte à l’ONU demandant une interdiction des armes létales autonomes. Cette lettre fait écho à un autre appel de juillet 2016 qui avertissait des dangers posés par l’autonomisation croissante de certains systèmes d’armes. Quels sont les enjeux de la conférence de cette semaine et quelles sont les termes de la problématique des « robots tueurs » en général?

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien. 

Paper

Dépenses militaires, production et transferts d’armes

Ce rapport présente une synthèse des principales tendances et statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales, à la production et aux transferts internationaux d’armements conventionnels, sur la base des Fact Sheets et des bases de données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).En 2016, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1 666 milliards de dollars, soit 2,2% du produit intérieur brut mondial et environ 227 dollars par habitant. Après treize années consécutives d’augmentation (1998 à 2011), les dépenses militaires mondiales se sont stabilisées, avec quelques diminutions mineures entre 2011 et 2014 et de légères augmentations en 2015 et 2016. Les États-Unis comptent à eux seuls pour 36% du total mondial.Pour accéder à ce rapport, veuillez suivre le lien. 

Paper

MONITORING DE LA STABILITÉ RÉGIONALE DANS LE BASSIN SAHÉLIEN ET EN AFRIQUE DE L’OUEST

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Pour accéder à cet article, veuillez suivre le lien. 

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest – janvier à mars 2018

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Afin d'accéder à l'analyse, Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l’Ouest, veuillez suivre le lien.

Paper

Autonomie stratégique: le nouveau Graal de la défense européenne

L’autonomie stratégique est le dernier concept à la mode, aussi bien à Paris qu’à Bruxelles. Elle est citée pas moins de vingt-quatre fois dans la dernière revue stratégique française et il n’est pas un document stratégique européen, un tant soit peu important, qui n’en fasse mention.Au-delà des déclarations politiques, l’autonomie stratégique est entrée dans le champ juridique, puisqu’elle figure désormais au rang des objectifs assignés au programme européen de développement de l’industrie de défense. Elle constituera donc l’un des critères à l’aune desquels seront évalués les projets de R&D de défense susceptibles de bénéficier de fonds européens.Mais qu’est-ce que l’autonomie stratégique ?Le présent rapport retrace, pour la première fois, et avec précision, la brève histoire de ce jeune concept apparu à la fin du XXe siècle et qui a fait l’objet d’un chassé-croisé permanent entre les planificateurs de défense français et les leaders européens.Afin d'accéder à l'analyse, Autonomie stratégique: le nouveau Graal de la défense européenne, veuillez suivre le lien.

Paper

Bataillons de volontaires et protecteurs de village : utilisateurs finaux à risque en Ukraine et Turquie

Les exportateurs d’armements livrent généralement leurs matériels à des utilisateurs gouvernementaux, forces régulières ou de police, à des entreprises privées voire à des civils habilités à détenir une arme. Mais dans certains cas, des utilisateurs non-étatiques atypiques viennent compléter cette liste de destinataires : les milices pro-gouvernementales. Ces milices peuvent occuper des fonctions similaires à celles des forces régulières ou de police tout en conservant leur autonomie vis-à-vis des règles auxquelles l’armée et les forces de sécurité régulières sont soumises. Cette Note s’attache à présenter les risques et les défis posés par d’éventuelles exportations d’armes vers ces acteurs non-étatiques à travers l’étude de deux milices pro-gouvernementales : les bataillons de volontaires ukrainiens et les protecteurs de village turcs.

Afin d'accéder à l'analyse, Bataillons de volontaires et protecteurs de village : utilisateurs finaux à risque en Ukraine et Turquie, veuillez suivre le lien.

Paper

Dépenses militaires mondiales: la planète ne désarme pas

Les dépenses militaires globales de la planète sont estimées à 1 739 milliards USD en 2017, selon les dernières données publiées par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI)1 . Cette somme traduit une hausse de 1,1% en termes réels par rapport à 2016. Elle représente 2,2% du produit intérieur brut mondial et correspond à une dépense de 230 USD par habitant. Le Top 10 des États qui dépensent le plus varie peu d’une année à l’autre. Ensemble, ils concentrent 73,1% du total des dépenses militaires mondiales.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis dominent invariablement ce classement avec des dépenses militaires de 610 milliards USD qui représentent 35,1% du total mondial en 2017. Ils sont suivis depuis plusieurs années par la Chine, dont les dépenses sont estimées à 228 milliards USD, ce qui correspond à 13,1% du total mondial, une part en progression.

Afin d'accéder à l'analyse, Dépenses militaires mondiales: la planète ne désarme pas, veuillez suivre le lien.

Paper

Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l'Ouest

Ce monitoring trimestriel, publié par le GRIP depuis 2011, a pour but de suivre la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest avec un accent plus particulier sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal. Il se penche sur les questions de sécurité interne au sens large, les tensions régionales, la criminalité et les trafics transfrontaliers.

Afin d'accéder à l'analyse, Monitoring de la stabilité régionale dans le bassin sahélien et en Afrique de l'Ouest, veuillez suivre le lien.

Paper

Other Documents

SIPRI 2015 (Résumé) - Armements, désarmement et sécurité internationale

Le résumé en français du SIPRI Yearbook 2015 est un annuaire apprécié dans le monde entier par des politiciens, des diplomates, des journalistes, des académiques, des étudiants et des citoyens, comme une source fiable et indépendante de données et analyses sur l’armement, le désarmement et la sécurité internationale.

Il propose un aperçu des évolutions dans les domaines de la sécurité internationale, des armes et de la technologie, des dépenses militaires, du commerce et de la production des armes, des conflits armés ainsi que des initiatives de contrôle des armes classiques, nucléaires, chimiques et biologiques.

Other Document

Boko Haram : évolution de 2012 à aujourd’hui

Cette note présente les moments forts de l’évolution de Boko Haram depuis 2012, quand la formation djihadiste – initialement active surtout dans le nord-est du Nigeria – a étendu ses attaques à trois pays voisins, le Niger, le Cameroun et le Tchad.

Outre l’évolution des zones sous son contrôle, d’autres caractéristiques expliquent le développement de Boko Haram : structuration, tactiques, communication, alliance avec d’autres mouvements djihadistes, approvisionnement en armes, etc.

Document disponible: Boko Haram : évolution de 2012 à aujourd’hui 

Other Document

Les Nouvelles du GRIP 1-2012

GRIP's Newsletter.

Other Document