L’Institut Malien de Recherche Action pour la Paix (IMRAP)

L’Institut Malien de Recherche Action pour la Paix (IMRAP) est une association malienne créée en réponse à la crise de 2012 et face au besoin de recréer le tissu social. Leur objectif est de contribuer au renouvellement d’un vouloir vivre ensemble harmonieux et à l’enracinement du dialogue inclusif comme mécanisme permettant de faire face ensemble aux défis à la paix et de construire une paix durable et rétablir la confiance entre les maliens demande un engagement à long terme. 

No programmes have been added yet.
No support mandates have been added yet.
No vacancies have been added yet.

Videos

Portraits croisés | Dynamiques de conflit & résilience dans la zone de Koro-Bankass (Mopti)

La région du Centre du Mali, bien que restée depuis la crise de 2012 largement en marge de la mobilisation internationale et gouvernementale – focalisée principalement sur les régions du Nord – fait depuis quelques mois l’objet d’une attention croissante. 
Mais certains espaces de cette région du Centre du pays commencent à inquiéter un nombre grandissant de Maliens, sans pour autant retenir l’attention nécessaire. C’est notamment le cas de la zone composée par les cercles de Koro et de Bankass, dans la région de Mopti, qui voient une multiplication d’acteurs armés actifs et d’incidents violents dans ses environs.
Face à ce constat, l’Institut Malien de Recherche Action pour la Paix (IMRAP), en partenariat avec Interpeace, ont entrepris de développer une analyse plus approfondie de la zone de Koro-Bankass, dans la région de Mopti, en tentant de comprendre les dynamiques locales structurant la conflictualité dans la zone, de même que les dynamiques de résilience.
À l’invitation du Programme pour la stabilisation et les opérations de paix du Gouvernement du Canada, cette analyse vise à accompagner les acteurs nationaux et internationaux désireux d’intervenir dans la zone. Elle entend leur permettre de le faire d’une manière plus sensible aux conflits, et d’adopter une démarche axée sur la résilience locale – et ce, qu’ils envisagent des actions visant directement à influencer et diminuer les conflits, ou simplement à mener des projets de développement de manière responsable et durable.

Pour accéder à la vidéo Portraits croisés | Dynamiques de conflit & résilience dans la zone de Koro-Bankass (Mopti), veuillez suivre le lien.

Video

Policy and Research Papers

Renforcement de la confiance entre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité: diagnostic et solutions pour une paix durable au Mali

Capture1

L’histoire du Mali, de l’époque précoloniale jusqu’à aujourd’hui, est parsemée de conflits non résolus se réactivant de façon périodique. Cependant, les Maliens consultés dans le cadre du processus de dialogue mené par l’IMRAP et Interpeace depuis 2013 ont exprimé que, plus encore que les conflits eux-mêmes, c’est leur récurrence qui semble, aux yeux des populations, constituer le principal obstacle à la paix. Récurrence qui s’explique en grande partie par les limites et les défaillances dans les modes de gestion et de résolution des conflits déployés. Cependant, s’il apparait que les mécanismes de gestion et de résolutions des conflits sont au cœur de la problématique de la récurrence de ces conflits, la situation actuelle d’insécurité chronique qui prévaut dans certaines régions du Mali doit, aux yeux des Maliens, être résolue en priorité. Lors de la Conférence nationale de Janvier 2015 organisée par l’IMRAP et Interpeace les populations tout comme les membres des Forces de défense et de sécurité (FDS) ont, au cours des consultations ayant mené à l’Autoportrait du Mali sur les obstacles à la paix , mis au jour une grave crise de confiance entre les populations et leur système de sécurité. Cette crise de confiance, et le manque de collaboration qui en découle, expliquent en partie à la fois l’incapacité actuelle des FDS à faire face à l’urgence de la situation sécuritaire et les raisons profondes qui ont mené à la crise de 2012 et à l’impasse actuelle.

Néanmoins, aux yeux des populations maliennes comme des membres des FDS, la simple présence de ces dernières ne saurait mettre fin à l’insécurité chronique. Les tensions liées au retour de l’Armée malienne dans les régions précédemment occupées dans la foulée de l’intervention française de 2013, la complexité de la mise en œuvre des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation ayant trait à la sécurité – cantonnement, intégration des ex-combattants ou patrouilles mixtes par exemple – ou encore les importantes difficultés rencontrées par les casques bleus de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) dans la poursuite de leur mandat en attestent.

La Conférence nationale a donc établi en janvier 2015 que la priorité immédiate devrait être de chercher à mettre fin à l’insécurité chronique. Elle a jugé que pour ce faire, la méthodologie axée sur le dialogue libre et inclusif propre à l’IMRAP et Interpeace, de même que l’ouverture manifestée par des éléments des Forces de défense et de sécurité, pouvaient offrir une opportunité porteuse.

L’objectif de cette publication d'IMRAP et d’Interpeace est d’engager toutes les composantes de la société malienne dans un processus de réflexion autour des solutions possibles en vue de contribuer au rétablissement/ renforcement de la confiance entre les Forces de défense et de sécurité et les populations civiles du Mali. Cet objectif nécessite le recours à une méthodologie appropriée pour assurer l’inclusivité du processus et son appropriation par les Maliens.

Pour accéder à la publication Renforcement de la confiance entre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité: diagnostic et solutions pour une paix durable au Mali, veuillez cliquer sur le lien.

Paper