Adam Sandor

Policy and Research Papers

Quels futurs pour le maintien de la paix et la gouvernance sécuritaire en Afrique? Ordre, violence et légitimité

Capture1

En juin 2015, par le Groupe indépendant de haut niveau chargé d’étudier les opérations de paix a remis le rapport HIPPO  au secrétaire général des Nations unies. Le Groupe a procédé à un examen approfondi des opérations onusiennes de maintien de la paix (OMP) dans un contexte où celles-ci continuent de se développer. Le nombre total de personnes affectées aux 16 opérations en cours, en date du 30 avril 2016, est de 121 780 sur le terrain, et 86 % sont déployées en Afrique. Ces opérations évoluent dans un contexte d’opérations contre-terroristes au Mali, de déploiement d’une brigade d’intervention « robuste » en République démocratique du Congo, d’une résurgence de guerre civile au Sud-Soudan et d’effondrement de l’État en République centrafricaine.

Le rapport d’analyse Francopaix publié par la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques (Université du Québec à Montréal) ne se penche pas directement sur les recommandations du rapport HIPPO ou sur les débats qu’il a soulevés autour de l’efficacité des opérations de maintien de la paix. Plutôt, les auteurs se concentrent sur des questions fondamentales qui relèvent trop souvent de prémisses non dites. Ces prémisses permettent, notamment, de légitimer les missions de paix, mais aussi, selon leur analyse, de cacher la crise d’identité et la crise de légitimité des opérations du maintien de la paix.

Pour accéder au rapport d’analyse Quels futurs pour le maintien de la paix et la gouvernance sécuritaire en Afrique? Ordre, violence et légitimité, veuillez cliquer sur le lien.

Paper