Niagalé Babayoko

Policy and Research Papers

Hybridité et politiques de sécurité en Afrique

francopaix hybridité

Ce Bulletin du Centre FrancoPaix en résolution des conflits et missions de paix par Niagalé Bagayoko, Robin Luckham et Eboe Hutchful étudie le contexte d'hybridité dans le secteur de la sécurité de nombreux pays d'Afrique et son influence sur les programmes RSS mis en œuvre.

Les auteurs pointent ainsi le fait que de nombreux programmes de réforme des systèmes de sécurité (RSS) mis en œuvre en Afrique se concentrent en priorité sur les institutions étatiques, les cadres légalement établis et les acteurs gouvernementaux. Cela peut affecter leur mise en œuvre, car cela les amène à ignorer un large éventail d'acteurs et de réseaux qui se réfèrent à des normes non codifiées. Selon les auteurs, intégrer plus largement le concept d'hybridité dans les analyses liées à la RSS est nécessaire pour mieux comprendre les pays concernés et in fine informer plus efficacement les politiques de sécurité menées sur le continent.

Pour accéder au bulletin Hybridité et politiques de sécurité en Afrique du centre FrancoPaix, veuillez suivre le lien.

Paper

Gestion des ressources naturelles et configuration des relations de pouvoir dans le centre du Mali : entre ruptures et continuité

Dans la région de Mopti (Centre du Mali), l’exploitation des ressources naturelles est fondée sur la co-existence de trois systèmes de production: un système pastoral, un système agricole, et - un système de pêche. Cet article se penche sur les pratiques, normes hiérarchiques et sociales sur lesquelles reposent ces système de gestion. La configuration de ces relations de pouvoir entre acteurs coutumiers (à la fois considérées d’un point de vue intra-communautaire et d’un point de vue intercommunautaire) a subi des modifications profondes sous l’effet du processus de décentralisation engagé dans le courant des années 1990 : ce processus de décentralisation a introduit des institutions légales, ainsi que de nouvelles normes en matière d’exploitation des ressources, notamment formalisées dans le cadre de politiques de développement. 

Pour accéder à l'article Gestion des ressources naturelles et configuration des relations de pouvoir dans le centre du Mali : entre ruptures et continuité, veuillez suivre le lien. 

Paper

Masters of the Land

The ongoing conflicts in Mali are often taken as one and portrayed in relation to religious extremism, irredentism or plain criminality, overlooking tensions arising from changing socio-political relations at the local level. This is particularly true for the Mopti region, in Central Mali, where customary and state institutions clash in an increasing fragile context. Failing to grasp the importance of such developments spells trouble for the legitimacy and impact of security and development programmes in this region.

For full access to Masters of the Land, kindly follow the link.

Paper

Les mécanismes traditionnels de gestion des conflits en Afrique subsaharienne

L’ambition du présent article est d’offrir des clés de compréhension des principes qui sous-tendent et des acteurs qui animent le fonctionnement des mécanismes traditionnels mobilisés en Afrique de l’Ouest francophone afin de concourir à la gestion des conflits. En évitant d’idéaliser le fonctionnement de ces mécanismes, il s’agit d’évaluer leur légitimité, leur opérationnalité et leur pertinence pour satisfaire les besoins de sécurité des populations ouest-africaines dans le contexte sociopolitique actuel. Après avoir défini ce qui est ici entendu par « mécanismes traditionnels » et déterminé leur périmètre d’intervention, la première partie du présent texte se penche sur les caractéristiques communes à la plupart de ceux qui sont mobilisés en Afrique de l’Ouest ainsi que sur les différents acteurs politiques et sociaux habilités à procéder à leur activation. Une deuxième partie envisage le fonctionnement et l’actualité des mécanismes traditionnels de gestion des conflits dans le contexte de la Côte d’Ivoire. Enfin, l’étude cherche à déterminer dans quelle mesure les acteurs internationaux présents sur le continent africain peuvent ou non s’appuyer sur ces mécanismes traditionnels dans le cadre des interventions qu’ils y mènent.

Pour accéder à l'étude Les mécanismes traditionnels de gestion des conflits en Afrique subsaharienne, veuillez suivre le lien. 

Paper

Gestion des ressources et configuration des relations de pouvoir dans le centre du Mali : entre ruptures et continuité

Dans la région de Mopti (Centre du Mali), l’exploitation des ressources naturelles est fondée sur la co-existence de trois systèmes de production:

  • un système pastoral, caractérisé par un double système de transhumance depuis la zone inondée du Delta – de Diafarabé et Sofara vers les pâturages du Lac Débo- puis du Delta vers les pâturages de certaines zones connaissant un retrait des eaux, notamment le Seeno, le Plateau et le Gourma;
  • un système agricole incluant à la fois les cultures sèches telles que les céréales (mil et sorgho) cultivées en zone exondée, notamment dans le Cercle de Bandiagara, et la culture du riz, développée en zone inondée;
  • un système de pêche au sein duquel il convient de distinguer : la pêche pratiquée comme activité d’appoint à l’agriculture ; la pêche traditionnelle pratiquée de manière permanente et la pêche spécialisée se limitant à certains écosystèmes fluviaux.

Ces systèmes de gestion des ressources reposent sur un certain nombre de pratiques, de normes et de hiérarchies sociales– allant de celles régies par le droit du premier occupant (ou droit de « propriété primitive ») à celles codifiées sous la Diina au XIXème siècle – qui ont structuré de puissants réseaux de relations de pouvoir pluriséculaires entre différentes catégories d’institution suivantes. Les relations de pouvoir existant entre d’une part, les acteurs gestionnaires et d’autre part, les acteurs exerçant une fonction politique ou morale, s’appuient ainsi de manière ancestrale sur les institutions coutumières suivantes présentes au sein de toutes les communautés de la région de Mopti:

  • Les villages, unités politico-territoriales à partir desquelles s’organise le pouvoir politique appuyé sur la chefferie ;
  • Les cellules familiales, elles-mêmes organisées au sein de « lignages » ;
  • les structures hiérarchiques qui organisent les rapports de domination entre catégories sociales ou entre différents groupes issus de parcours de peuplement divergents;
  • Les fonctions de gestionnaires des ressources, organisées autour de la figure du « Joororo » dans la région du Delta dont la juridiction est située au niveau d’unité territoriale du « leydi ».

Pour accéder à l'article, Gestion des ressources et configuration des relations de pouvoir dans le centre du Mali, veuillez suivre le lien.

Paper

Security Sector Reform Process in Mali

This executive summary of the French report, "Le processus de réforme du secteur de la sécurité au Mali" takes a historical perspective in analysing threats, challenges, opportunities and current realities in Security Sector Reform processes in Mali. 

To read the full summary, Security Sector Reform Process in Mali, please follow the link provided.

Paper

Books

La Réforme des Systèmes de Sécurité et de Justice en Afrique francophone

L’OIF a édité un ouvrage traitant des spécificités institutionnelles et juridiques propres aux systèmes de sécurité et de justice en Afrique francophone, dans le but de contribuer au succès des réformes engagées dans ces secteurs dans le cadre d’environnements post-conflictuels ou lors de l’élaboration de stratégies de prévention. 

La réforme des systèmes de sécurité et de justice en Afrique francophone réunit les contributions d’une vingtaine d’experts ayant participé, en mai 2009, à un séminaire soutenu par l’OIF et organisé en collaboration avec le Centre des Nations unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC) et le Réseau africain pour le secteur de sécurité (RASS/ASSN).

Pour consulter cette publication, veuillez suivre ce lien.

Book

Other Documents

Learning Lab on ‘Improving Security Sector Governance in Africa’

The African Security Sector Network (ASSN) and the Geneva Democratic Centre for the Control on Armed Forces (DCAF) with funding support from the Open Society Foundation (OSF) organised a workshop in Dakar (Sénégal) from 26 – 27 April 2016. The workshop was themed Improving Security Sector Governance and Reform in Africa : a Learning Lab.”

Moving-from-concept-to-practice-SSR-in-West-Africa
"

…If it (SSR) is treated as a technical process abstracted from national political, security, socio-economic and cultural realities, it will not succeed. 

"

Despite multiple reasons why SSR in Africa is difficult examples of reform examples of reform also show that significant opportunities to move towards more democratic security governance do exist. The ‘Learning Lab on Security Sector Governance and Reform in Africa’ drew on the experience of academics, researchers, policy makers and practitioners in this field in order to explore these challenges and identify ways to move forward in spite of them. To support these reflections, the Background Paper, Security Sector Governance and Reform in Africa provides a baseline understanding of SSG/R concepts, policies and practice. It then considers key challenges for SSR in Africa before assessing programming gaps and potential entry points for engagement. The Background Paper is complemented by six Think Pieces, which are intended to help shape discussion during the different sessions of the Learning Lab.

The Learning Lab was a two-day workshop-event drawing together predominantly African experts (researchers, academics, policy makers and practitioners) with practical experience of the security sector, Security Sector Reform (SSR), and Security Sector Governance (SSG) in Africa. The Lab began with an introductory session which was graced by the presence of His Excellency Dr Mohamed Ibn Chambas, Special Representative of the UN Secretary General and Head of the United Nations Office for West Africa and the Sahel (UNOWAS).

The bulk of the Lab took the form of six moderated sessions, underpinned by the six following Think Pieces:

"

experience has shown that important progress can be made when internal and external support for reform align at opportune moments for change.

"

In light of the opportunities and challenges to SSR processes identified, a concluding session summarised options and recommendations for potential entry points for African and international engagement in promoting an African governance-driven SSR approach based on accountability, rule of law and human rights.

As well as the six Think Pieces, this blog highlights practical implications for identifying the challenges of SSR processes: Moving from concept to practice: SSR in West Africa.

The resources are also available in français.

Other Document

Security and safety from the bottom up: hybrid security governance

This Think Piece prepared by Niagalé Bagayoko for the Learning Lab on Security Sector Governance in Africa addresses the implications of hybrid security for Security Sector Reform (SSR).  After presenting the challenges institutions operating alongside or within nominally formal political institutions bring to SSR, the author calls for better identifying the interactions and interpenetrations of formal and informal networks that constitute as a whole “hybrid security orders”.

In order to build a better understanding of all the actors, particularly informal actors, who have an influence on the security sector at large and can thus affect SSR processes, the author proposes some entry points: to map out the informal actors and the informal norms, solidarities, and networks in the security sector; to build capacity to orient their activities towards supporting SSR; to help develop empirically grounded programmes and policies; and to help in the design of oversight as well as monitoring and evaluation processes.

Other Document