Chad

Chad

Videos

Réunion de Travail: Mission de Protection en vue de la Réinstallation de Réfugiés en Europe

Cette vidéo présente la réunion de travail des chefs de gouvernement Français, Allemand, Espagnol, Italien, Tchadien, Nigérien, et Libyen, en présence de Mme Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union Européenne pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité sur la Mission de Protection en vue de la Réinstallation de Réfugiés en Europe, 29 août 2017.

Pour accéder à la Déclaration Finale de la Réunion, veuillez suivre le lien.

video

Tchad : la vie après Boko Haram

Depuis 2015, le Tchad est la cible de Boko Haram. L’organisation terroriste y mène sans relâche des attaques et y multiplie les attentats suicides. Mais le pays, associé à ses voisins dans une guerre sans merci contre les islamistes, a fini par affaiblir la secte : de plus en plus de djihadistes déposent les armes. Ils seraient déjà plus de 2.000 à être rentrés chez eux dans la région du Lac Tchad. Ces anciens combattants repentis sont le nouveau problème de l’État Tchadien. 

video

Relever les défis de la sécurité au Sahel

Le Sahel est une région diverse qui devient de plus en plus importante pour la sécurité régionale et mondiale. Par ailleurs, des dynamiques telles que la mauvaise gouvernance, un secteur agricole fragile, l'absence d'une transition démographique, et le manque d'emplois, en ont fait "une nouvelle frontière" pour les groupe djihadistes. En effet, ceux-ci essaient d'y manipuler et exploiter les tensions sous-jacentes de la région.

Serge Michaïlof résume les défis sécuritaires auxquels le Sahel fait face en particulier démographiques, d'extrémisme, de gouvernance et autres et explique ce qui devrait être fait pour y répondre de manière efficace.

video

Le Tchad a-t-il peur d’internet ?

En 2016, la Tchad est en émoi : des milliers de citoyens descendent dans les rues de N’Djaména pour dénoncer le viol de Zouhoura, une lycéenne de 16 ans, par un groupe d’adolescents (dont des fils de dignitaires tchadiens). Pour faire taire la population, le président Idriss Déby, au pouvoir depuis 1990, coupe l’accès à internet. Bis repetita deux mois après, lorsqu’il est réélu à la présidence. Une méthode qu’il adapte en 2018 en bloquant les réseaux sociaux, quand il modifie la Constitution pour rester au pouvoir.

video

G5 Sahel pour une prospérité partagée

Afin de présenter son mandat et son action au grand public, l’organisation G5 Sahel a produit ce reportage afin de mettre en avant ses initiatives dans le domaine de la sécurité et du développement.

video

Podcasts

Le Forum consacré à Boko Haram (RTBF La Première)

Georges Berghezan et Françoise Wallemacq sont les invités de Fabienne Vande Meerssche dans l’émission « Midi Première - Le Forum » (RTBF) consacrée à l’histoire et l’évolution de Boko Haram. Deux ans après l’enlèvement de 276 jeunes filles au Nigeria par Boko Haram, quelles sont les situations au Nigeria et dans les trois pays voisins, le Niger, le Cameroun et le Tchad, connaissant les attaques de la formation djihadiste. Dans cette émission, Geaorges, Françoise et Fabienne reviennent sur les tactiques, communications et objectifs mises en place par la formation djihadiste.

Veuillez cliquer sur lien pour accéder au podcast de l’émission en ligne.

Podcast

In West Africa and the Sahel, signs of democratic progress amid continued ‘devastating’ violence

There have been “positive developments” when it comes to democratization across the vast West Africa and Sahel region, but that has been “competing with the volatile security situation” particularly around areas where terrorist groups are active such as the Lake Chad Basin, the head of the UN Office for the region (UNOWAS) told the Security Council.

To listen to the podcast, In West Africa and the Sahel, signs of democratic progress amid continued ‘devastating’ violence, please follow the link.

Podcast

Unraveling the relationship between climate change and conflicts

By 2050, extreme heat can make parts of the Middle East impossible to live in. Millions of people would have to find themselves a new home. In Western Africa, it’s said that the drying of Lake Chad is driving recruitment for terrorist group Boko Haram. And in Asia, the control of river water could become an extra source of conflict between India and Pakistan. These are just a few examples of how climate change can add to instability in the world. In this podcast, CMI take a good look at the links between climate change and conflicts and discuss what can be done to tackle the problem.

To listen to the podcast, Unraveling the relationship between climate change and conflicts kindly follow the link. 

Podcast

Vivre sous la menace de Boko Haram

27 000 morts en dix ans. 1,7 million de personnes déplacées. A la frontière de quatre pays, le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad, le lac Tchad est devenu depuis 15 ans un enfer pour les habitants de la région, à mesure que le groupe djihadiste Boko Haram en a fait son sanctuaire.

Pour écouter le podcast, Vivre sous la menace de Boko Haram, veuillez suivre le lien.

Podcast

Comment repenser la présence française au Sahel ?

Six ans après le début de l'intervention militaire française au Mali, l’opération Barkhane qui a succédé à l’opération Serval en 2014 montre ses limites et la présence de l'armée française est de plus en plus mal vue par les populations locales. La France est-elle enlisée au Sahel ?

Pour écouter le podcast (minutes 22 à 58) Comment repenser la présence française au Sahel ?, veuillez suivre le lien. 

Podcast

Policy and Research Papers

Les défis de la société civile au Tchad

Grip tchad osc

Cette note d'analyse du GRIP par Pierre Collet étudie l'hypothèse actuelle d'un éveil de la société civile tchadienne. La note présente ainsi l'évolution des protestations sociales au Tchad lors des deux dernières années, et leur positionnement politique progressif face notamment à une répression policière importante. L'auteur note que malgré une certaine montée en puissance, les organisations de la société civile demeurent fragile et que la mobilisation populaire s'est affaiblie contre un régime qui conserve des ressources en sa faveur.

Pour accéder à la note d'analyse Les défis de la société civile au Tchad, veuillez suivre le lien.

Paper

La Force mixte peut-elle maintenir le cap ?

Cet article se penche sur les premiers pas de la force militaire mixte déployée au Cameroun et au Nigéria, afin d'en évaluer les succès, mais également de cerner les limites liées à certaines lacunes rencontrées en matière de coordination et de commandement.

Pour accéder à l'étude La Force mixte peut-elle maintenir le cap?, veuillez cliquer sur le lien.

Paper

Réseaux sociaux et mobilisations citoyennes. Le nouvel activisme tchadien.

Cette note se penche sur la situation au Tchad, à un moment de relative accalmie des rebellions armées qui est de fait propice au développement d’un phénomène de contestation de l’ordre politique établi par la société civile.

Pour accéder à l'étude Réseaux sociaux et mobilisations citoyennes. Le nouvel activisme tchadien, veuillez suivre le lien.

Paper

Vers une approche plus globale pour stabiliser le Sahel ?

Aux prises avec le changement climatique, la croissance démographique, l'insécurité alimentaire, la corruption, et la criminalité, le Sahel est l'une des régions les plus pauvres du monde. Une nouvelle publication du Conseil européen pour les relations internationales (ECFR) soutient que l’Europe doit embrasser une approche plus globale pour stabiliser la région, en mettant l’accent sur le besoin d’une plus grande intégration régionale entre l’Afrique du Nord et le Sahel ainsi que sur la création de canaux d’immigration légale et d’emplois. Cette approche pourrait réduire les flux migratoires clandestins vers l’Europe en créant un marché du travail plus grand et plus dynamique en Afrique.

Pour accéder à l'étude Vers une approche plus globale pour stabiliser le Sahel ?, veuillez suivre le lien. 

Paper

Defusing Violent Extremism in Fragile States

In Nigeria, a radio call-in show with local Islamic scholars provided an alternative to extremist propaganda. In Somalia, training youth in nonviolent advocacy for better governance produced a sharp drop in support for political violence. In the Lake Chad region, coordinating U.S. defense, development and diplomatic efforts helped push back Boko Haram and strengthened surrounding states. Such cases illustrate ways to close off the openings for extremism in fragile states, experts said in a discussion at the U.S. Institute of Peace. 

For full access to the article, Defusing Violent Extremism in Fragile States, please follow the link.

Paper

Crise et développement: La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram

Depuis 2009, la région du lac Tchad est le théâtre d'une crise socio-politique liée à l'expansion de Boko Haram. Malgré un début de développement des infrastructures locales, la pauvreté intrinsèque ainsi que la corruption accompagnée des dysfonctionnements des instances publiques ont fait de la région un terrain fertile pour l'ancienne secte salafiste d'origine nigérianne reconvertie en mouvement de lutte armé. Les opérations de contre-insurrection ont acculé Boko Haram dans des zones reculées contraignant le groupe à un mode d'action violent et sporadique. Le climat de peur découlant ainsi que la baisse du prix du pétrole en 2014 juxtaposa une crise économique à une crise politique pour des États rentiers (Nigéria et Tchad) fortemment dépendant de cette ressource.

Tout d'abord, cet article analyse la situation politique et économique de la région du lac Tchad avant l'implantation de Boko Haram pour ensuite retracer l'évolution géopolitique du secteur suite à l'entrée en jeu du groupe islamiste. Enfin, l'article développe à travers des réflexions prospectives sur les enjeus et scénarios possibles sur les 20 ans à venir. 

Afin d'accéder à l'analyse, Crise et développement: La région du lac Tchad à l’épreuve de Boko Haram, veuillez suivre le lien.

Paper

La force conjointe du G5 Sahel prend de l’envergure

Le G5 Sahel a été créé en 2014 comme un partenariat intergouvernemental entre le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger pour promouvoir la coopération économique et la sécurité dans la région du Sahel. La virulence croissante des groupes de militants islamistes, tirant parti de la faible densité de population des zones frontalières, a cependant posé un sérieux défi à la vision du G5.

En réponse, en 2017, le G5 Sahel a augmenté ses efforts de sécurité en lançant une force de sécurité commune pour lutter contre le terrorisme, le trafic de drogue et la traite des êtres humains. La force a été approuvée par la suite par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et par le Conseil de sécurité des Nations Unies et a l’appui de divers partenaires internationaux. La force conjointe du G5 Sahel doit maintenant jouer un rôle de premier plan dans les futurs efforts de sécurité transnationale dans le Sahel. 

Afin d'accéder à l'analyse, La force conjointe du G5 Sahel prend de l’envergure, veuillez suivre le lien.

Paper

Tchad : désamorcer les tensions dans la bande sahélienne

Depuis 2016, les tensions montent entre l’Etat tchadien et la jeunesse du Bahr el-Ghazel (BEG) et du Kanem, dans le centre du pays. Elles sont alimentées par la crise économique et par des exactions commises par des individus considérés comme proches du pouvoir contre des ressortissants de ces régions. Une perception d’impunité génère un profond sentiment d’humiliation chez les jeunes. En outre, les restrictions de mouvements imposées aux habitants, dont beaucoup partent vers le nord et en Libye pour trouver du travail, exacerbent ce ressentiment.

Pour regagner la confiance des jeunes du BEG et du Kanem, les autorités devraient démontrer leur capacité à juger et à sanctionner les auteurs d’exactions, même lorsqu’ils gravitent autour du pouvoir. Elles devraient aussi se garder de cultiver l’amalgame entre migrants et futurs rebelles et assouplir les restrictions de mouvements.

Pour accéder à l'analyse, Tchad : désamorcer les tensions dans la bande sahélienne, veuillez suivre le lien.

Paper

Can Peace Become Affordable? Lessons from Security Sector Expenditure Reviews in West Africa

West Africa and the Sahel continue to be plagued by fragility, conflict and violence. Faced with challenges ranging from the spread of Boko Haram to persisting food insecurity, forced displacement, and youth unemployment, the region needs help. In response, the international community has marshalled significant resources to support governments in fostering the essential preconditions for peace – inclusive security and sustainable development. Such tasks can devour the funds of even the most ambitious aid programmes, while the reality of budgetary constraints calls for a constant search for efficiency.

The European Union’s engagement in Security Sector Reform (SSR) is a case in point. Transforming security and justice systems in fragile states is one of the top priorities of the EU’s external action. According to its 2016 SSR framework, the EU will help partner countries put the military under civilian oversight and provide effective, legitimate and accountable security and justice services to their citizens. EU programmes will apply a comprehensive approach aimed at: (i) formulating integrated security and justice policies and setting up national coordination mechanisms; (ii) providing training and non-lethal equipment to defence and security forces; and (iii) building internal accountability mechanisms and systems for human resources planning, budgeting, and financial management.

In 2017, €2.5 billion in Official Development Assistance (ODA) managed by the European Commission was allocated to governance and civil society, including SSR. There are ongoing or planned rule-of-law, security and justice programmes in more than 40 countries worldwide. In West Africa, EU institutions have channeled over €100 million to finance the nascent 5,000-strong G5 Sahel Joint Force, while assistance for stabilisation in the region has reached €400 million.

The EU has also launched three Common Security and Defence Policy (CSDP) missions. In Mali and Niger, capacity-building missions (EUCAP) provide technical assistance, training and equipment for internal security forces to fight against terrorism, organised crime and irregular migration. The EU Training Mission in Mali (EUTM) has been helping the government to restructure eight army battalions.6 France has deployed 4,000 soldiers for Operation Barkhane in Mali, Niger, and Chad, an endeavour that costs about €600 million per year. Meanwhile, development funding to improve security outcomes by tackling the root causes of conflict has also risen. The EU Emergency Trust Fund for Africa allocated almost €1 billion to Lake Chad and the Sahel, with projects in Mali, Niger, Nigeria and Senegal supporting youth employment, private sector development, social protection, health and education.

Given the scale of the investment, the following questions arise: what is the value for money of each additional euro spent on strengthening West Africa’s armies and police? How can SSR assistance lead to effective and sustainable reforms, and ultimately contribute to reduce fragility, conflict and violence?

This Brief seeks to answer these questions by analysing the introduction and implementation of the security sector public expenditure review (PER), a public sector governance instrument that assesses the economy, effectiveness and efficiency of governments’ security and defence allocations, including SSR programmes. Developed by the World Bank in partnership with the United Nations, this data-driven assessment tool can facilitate a policy dialogue between civilian administrators, soldiers, and diplomats on the affordability of armies and police, and can therefore maximise the impact of security assistance programmes. Following an overview of security expenditures in West Africa, the Brief outlines the genesis of security sector PERs and highlights lessons learned from implementation in Liberia, Mali and Niger. The conclusion then offers recommendations on how PERs can be applied by the EU to ensure affordability and national ownership of defence and security assistance programmes.

For full access to the policy brief, Can Peace Become Affordable? Lessons from Security Sector Expenditure Reviews in West Africa, kindly follow the link. 

Paper

Sudan after Bashir: regional opportunities and challenges

Omar al-Bashir’s removal from power will have long-term effects on Sudan’s political future. Even though domestic considerations forced Bashir’s downfall, his extensive involvement in regional issues means his departure will resonate beyond the confines of Sudan’s borders. This report explores the regional implications of Bashir’s removal and the subsequent role of external actors in Sudan’s internal affairs.

For full access to the report Sudan after Bashir: regional opportunities and challenges, kindly follow the link. 

Paper

Sahel : soubassements d’un désastre

Économies atones peu créatrices d’emplois, croissances démographiques vigoureuses, aides internationales souvent considérées comme des rentes, appareils de sécurité incapables de sécuriser les espaces nationaux, et surtout de protéger les populations : les États du Sahel sont-ils en train de perdre la main sur leurs propres espaces intérieurs ? La déroute des systèmes militaires, judiciaires et éducatifs n’autorise que peu d’optimisme sur l’avenir de ces pays, et de l’insécurité qui y grandit.

Pour accéder à l'intégralité du document Sahel : soubassements d’un désastre, veuillez suivre le lien.

Paper

UN Police, Justice and Corrections Programming in the Republic of Chad - A Compact Case Study

Case studies on police, justice and corrections programming for nine UN complex operations and special political missions were developed by Stimson’s Future of Peace Operations Program at the request of the Office of Rule of Law and Security Institutions (OROLSI) of the UN’s Department of Peacekeeping Operations. They are descriptive rather than analytic documents that help to organize, by mission, the issues and activities that the main study, Understanding Impact of Police, Justice and Corrections in UN Peace Operations, treats functionally, across cases, and are summarized in the study’s annexes. 

To view this publication, please follow this link.

Paper

Other Documents

Boko Haram : évolution de 2012 à aujourd’hui

Cette note présente les moments forts de l’évolution de Boko Haram depuis 2012, quand la formation djihadiste – initialement active surtout dans le nord-est du Nigeria – a étendu ses attaques à trois pays voisins, le Niger, le Cameroun et le Tchad.

Outre l’évolution des zones sous son contrôle, d’autres caractéristiques expliquent le développement de Boko Haram : structuration, tactiques, communication, alliance avec d’autres mouvements djihadistes, approvisionnement en armes, etc.

Document disponible: Boko Haram : évolution de 2012 à aujourd’hui 

Other Document